mdas

 

La Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) vient de procéder à l’augmentation de son capital social qui passe à 10 milliards de francs CFA. L’opération a été réalisée par incorporation de réserves à hauteur de 4 219 200 000 de francs CFA et par apport numéraire de l’ordre de 780 800 000 de francs CFA.

La Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) est une filiale du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS). © D.R.

 

La Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) a annoncé avoir injecté 5 milliards de francs CFA dans son capital social. Cette opération qui lui permet d’atteindre la barre de 10 milliards de francs a été validée à l’issue de la 105ème session ordinaire de la Commission régionale de contrôle des assurances (CRCA), qui s’est tenue du 13 au 18 décembre 2021 à Yaoundé, au Cameroun.

Elle permet à l’entreprise d’augmenter ses fonds propres, tout en renforçant sa trésorerie dans un contexte marqué par la crise sanitaire. Cette augmentation du capital a été réalisée par incorporation de réserves à hauteur de 4 219 200 000 de francs CFA et par apport numéraire de l’ordre de 780 800 000 de francs CFA, le portant ainsi au minimum règlementaire de 10 milliards de francs CFA.

«Nous avons pu atteindre ce résultat grâce à notre actionnaire majoritaire, le Groupe État composé du FSRG, du FGIS et de la CDC ; ainsi que certaines sociétés d’assurance du marché dont Sanlam, AXA Gabon, Nsia Assurances, Sunu Vie et Nsia Assurances Vie, que je tiens à remercier, notamment pour la confiance qu’ils ne cessent de témoigner à notre institution. L’augmentation de notre capital social nous permet de consolider nos assises financières et de lancer sereinement notre projet d’introduction en bourse en 2022» a déclaré l’administrateur directeur général de la SCG-Ré, le Dr Andrew Gwodog.

Cette opération est conforme au règlement n°0002/CIMA/PCMA/PCE/2015 modifiant et complétant les dispositions du Code des assurances relatives aux conditions d’agrément et de contrôle de la réassurance et des entreprises de réassurance, adopté par le Conseil des ministres en charge du secteur des assurances des États membres de la Conférence interafricaine des marchés d’assurance (Cima), en avril 2015 à Yaoundé au Cameroun. Le capital minimum des entreprises de réassurance est ainsi passé de 5 à 10 milliards de francs CFA. Cette disposition a pour objectif de renforcer la solidité financière des sociétés de réassurance, de réduire leur probabilité de faillite et de contribuer à la consolidation du secteur des assurances.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire