mdas

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le diabète, lors de son allocution circonstancielle, le ministre de la Santé, Léon Nzouba, a déclaré que le Gabon compte 5% de diabétiques. Un taux qui le place parmi les pays les plus touchés du continent.

Au moins 5% de diabétiques au Gabon - © D.R. Disposant d’une faible démographie, le Gabon risque, si rien n’est fait, d’atteindre un taux de 10% dans 25 ans. Car le ministre de la Santé, qui s’est exprimé à l’occasion de cette journée mondiale, a fait remarquer que l’augmentation de cette maladie au sein de la population est liée à la sédentarisation et à une alimentation trop grasse.

Pour lui, il faut modifier son mode vie et changer de comportement alimentaire en réduisant les consommations de sucre, d’alcool et de graisse. Il préconise également d’inscrire dans son agenda des activités physiques. «Le Gabon est l’un des pays africains le plus touché par le diabète. Cette maladie touche 5% de la population. Des estimations annoncent que si rien ne fait, elle touchera finalement 10% de la population dans 25 ans», a déclaré le ministre de la Santé, mettant en garde la population contre les excès.

Le diabète est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation dans l’organisme. Cela se traduit par un taux élevé de glucose dans le sang (glycémie) : on parle d’hyperglycémie. Cette Journée mondiale a pour but de mieux faire connaître cette maladie dans le monde, son ampleur mais aussi les moyens dont on dispose pour la prévenir.

Au niveau du Gabon, depuis quelques années, la Fondation Albertine Amissa Bongo Ondimba et la Fondation Omar Bongo Ondimba organisent des campagnes de dépistage gratuits ainsi que des symposiums sur cette maladie.

Cette année, ces deux fondations ont organisé, en partenariat avec le ministère de la Santé, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Association des diabétiques du Gabon (ADG), les laboratoires Servier et Novartis, diverses activités en vue de la sensibilisation et de la prévention. A Mouila et Fougamou, deux villes de la province de la Ngounié, il a été organisé des dépistages. De même, une table ronde avec des spécialistes du diabète, pour sensibiliser la population, est prévue sur la principale chaîne de télévision nationale.

Globalement, pour lutter efficacement contre cette pandémie, le Gabon entend intensifier la sensibilisation mais également améliorer la prise en charge des diabétiques en leur offrant de soins de qualité et un remboursement des médicaments.

Malgré les avancées de la recherche médicale, le diabète reste une maladie qui se soigne très bien mais qui ne se guérit pas. Il faut donc se surveiller toute sa vie, garder de bonnes habitudes alimentaires et une activité physique, prendre régulièrement ses médicaments. Un diabétique peut donc être un malade en bonne santé.

La maladie se manifeste majoritairement sous deux formes : le diabète de type 1 qui touche 10 % des diabétiques et celui de type 2 qui en touche 85 %. Les autres types de diabète concernent les 5 % restants.

 

 
GR
 

1 Commentaire

  1. demain un jour nouveau dit :

    La sensibilisation c’est bien, la prise en charge aussi, il faudrait vu l’urgence de la situation accroitre les centres d’hemodialyse, les decentraliser pour eviter a tous de venir dans un centre ville difficile d’acces toute la journee. un a Nzeng Ayong (l’arrondissement le plus peuple de la capitale) et l’autre a Angondge. Sans oublier dans les grandes villes du Gabon. Mais aussi favoriser la pratique du sport par la construction de parc pour la marche et autres infrastructures et commodites pratiques. Ne pas oublier des messages tv et radio favorisant une meilleure hygiene alimentaire comme en europe, manger 5 fruits ou legumes par jour. Voici ma petite contribution. Même si je devrais moi aussi commencer par aller me faire depister…bne journee a tous

Poster un commentaire