TATIE

Laurence Ndong a refusé d’être associée aux Awards de l’info 2019 pour lesquels elle a été nominée dans la catégorie «Gabonais de la diaspora». «Ces Awards me posent un vrai problème d’éthique, en ce sens qu’il y a parmi les nominés des personnes emprisonnées pour des malversations financières à la tête des administrations publiques», a justifié l’activiste.

Laurence Ndong ne participera pas aux Awards de l’info 2019. © Droits réservés

 

Activiste gabonaise vivant en France, Laurence Ndong a décliné sa participation à la 3e édition des Awards de l’info 2019, dont la remise de prix est prévue le 25 avril. Organisés par la rédaction du média en ligne Info241, Continental Com Corporate, Binto Media et leurs partenaires, ces Awards récompensent les meilleurs Gabonais de l’année sous le prisme de l’actualité nationale. 60 personnalités gabonaises sont nominées, 14 prix sont décernés dont 12 soumis à la dotation.

Laurence Ndong a été nominée dans la catégorie «Gabonais de la diaspora», en compagnie de Thibaut Adjatys, Pamela Mfono Abessolo, Ghislaine Regnongo et Stéphane Zeng. «Ces Awards me posent un vrai problème d’éthique, en ce sens qu’il y a parmi les nominés des personnes emprisonnées pour des malversations financières à la tête des administrations publiques ; des personnes dont la gestion a été tellement contestée par leurs administrés que les entreprises qu’elles dirigeaient ont été paralysées. Certaines n’ont posé aucun acte exemplaire ou d’intérêt général durant l’année, et d’autres encore qui ont brillé par leur violation de la constitution mettant à mal les intérêts supérieurs de la nation», a justifié Laurence Ndong, dans une vidéo sur Facebook, le 25 février.

L’activiste de la société civile fait référence à Brice Laccruche Alihanga. Actuellement en détention, l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo est nominé dans la catégorie «Homme politique». Anciens patrons de Gabon Oil Company (GOC) et la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), Patrichi Tanasa et Renaud Allogho Akoue sont nominés dans la catégorie «Manager de l’année». À l’instar de Brice Laccruche Alihanga, ces derniers ont également été placés sous mandat de dépôt pour «malversations financières, détournement de fonds publics, blanchiment de capitaux en bande organisée, concussion de faux et usage de faux».

«Peut-on récompenser des personnes au seul motif qu’elles auraient fait la une de l’actualité même pour des faits répréhensibles ? Je pense que cette démarche ne prône ni la vertu, ni l’éthique, ni la probité», a estimé Laurence Ndong. «Par conséquent, je ne voudrais pas être associée à de telles récompenses. Je demande aux organisateurs des Awards de l’info du média Info241 de me retirer de la liste de leurs nominés. Par ailleurs, les organisateurs de ces Awards ne m’ont pas consulté avant de publier cette nomination», a-t-elle précisé.

Laurence Ndong s’est donc disqualifiée des potentiels successeurs de Mays Mouyissi. L’analyste économique avait décroché le prix du «Gabonais de la diaspora» lors de la 2e édition des Awards de l’info, en 2016.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Et pourquoi ne pas créer les awards de l’escroquerie au Gabon ? Le premier prix sera décerné à… bien sur, feu BOA et sa famille (Sylvia Bongo et Nourredine Bongo). Et ce premier prix ce sera un séjour de 50 ans à la PRISON CENTRALE de Libreville. Ainsi, toute la famille Bongo pourra goûter aux délices de la prison qu’ils ont créés depuis leur arrivée usurpée au « trône » qu’ils chouchoutent depuis plus de 50 ans. Pitié! A Ntare Nzame!

  2. Fille dit :

    Toujours dans la cohérence et égale à elle-même. Bravo ma Belle !

Poster un commentaire