GR

Pour approvisionner la Banque alimentaire mise en place pour faire face au Covid-19, le ministère du Commerce sollicite les importateurs détenteurs de l’agrément vie-chère.

Les importateurs agréés vie-chère sont appelés à approvisionner la Banque alimentaire Covid-19. © D.R.

 

Le Gabon a mis en place une Banque alimentaire Covid-19. C’est ce qu’indique la circulaire n°000140/MTCPMEI/SG/DGCC/CV Covid-19 du 2 avril 2020, signée du directeur général du commerce. La banque, devrait permettre de collecter, gérer et partager des denrées alimentaires pour aider les personnes démunies à se restaurer en cette période de crise sanitaire, mais elle a besoin d’être approvisionner.

Dans cette circulaire adressée aux détenteurs de l’agrément vie-chère, Jean François Yanda appelle à un acte de solidarité lié à l’approvisionnement de ladite banque. «Sur instruction du ministre en charge du Commerce en partenariat avec le ministère en charge des solidarités nationales, une campagne de collecte de denrées alimentaires de première nécessité au profit des couches sociales les plus vulnérables est mise en place au sein de la direction générale du Commerce», a-t-il informé.

Cette action, a-t-il expliqué, fait suite à la pandémie du Covid-19 et au confinement partiel décrété par le gouvernement. «A cet effet, la direction générale du Commerce en charge de la collecte desdits produits sollicite de votre part un acte volontaire de solidarité à l’endroit des personnes en situation de précarité», a-t-il dit à l’endroit des détenteurs de l’agrément vie-chère. La circulaire de Jean-François Yanda précise que la distribution des denrées collectées «sera effectuée par les services compétents du ministère en charge de la Solidarité nationale».

Si cet élan de solidarité est attendu par les populations qui n’ont pas les moyens de faire des courses en gros, alors que plusieurs autres se ruent dans les magasins pour faire des provisions, cet appel à la solidarité est déjà sous le feu des critiques, notamment sur la toile. Pour certains internautes, la sollicitation du gouvernement qu’ils jugent «maladroite», met en exergue «l’incapacité du gouvernement à venir en aide aux populations vulnérables en temps de crise».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire