HABANA

La Fédération gabonaise de basketball (Fegabab) a demandé aux autorités, le 19 janvier à Libreville, d’autoriser à nouveau la pratique des sports collectifs, dont le basketball, interdite dans le pays depuis an.

Le président de la Fegabab demande aux autorités de relancer la pratique des sports collectifs au Gabon, dont le basket. © Gabonreview

 

Les acteurs du basketball s’ennuient depuis l’interdiction de la pratique de tout sport collectif sur toute l’étendue du territoire. Face à cette situation, le président de la Fédération gabonaise de basketball (Fegabab) a plaidé, le 19 janvier à Libreville, pour la reprise des activités.

«Il faut que les jeunes jouent. Peu importe la situation dans laquelle on se trouve, il est important qu’on joue. Ça va faire un an qu’il n’y a pas de sport. Il est important de penser à la santé, mais dans certains pays encore plus touchés que le nôtre par la crise sanitaire, les activités sportives ont repris. Il est important que la question se pose et que l’on mette en place des possibilités de jeu», a déclaré Willy Conrad Asseko.

Neuf mois après la suspension des activités sportives dans le pays à cause du Covid-19, le Premier ministre a pris un arrêté en novembre 2020 pour interdire la pratique de tout sport collectif sur toute l’étendue du territoire. Au sens dudit arrêté, un sport collectif désigne «tout sport pratiqué en salle ou en plein air, réunissant plus d’une personne».

«Il y a des rassemblements de 30 personnes, au basketball, on joue à cinq contre cinq, on a besoin de trois personnes. Cela fait au maximum 20 personnes. Qu’on trouve le moyen de jouer, même avec des règles qui seront fixées par les autorités gouvernementales», a plaidé le président de la Fegabab, avant de conclure : «Le sport c’est la vie».

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire