mdas

 

La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a ouvert, le 20 novembre à N’Djaména, au Tchad, une exposition retraçant l’évolution des billets en Afrique centrale, partant des années 1920 à nos jours. Un joli moment d’histoire pour les jeunes générations. 

Abbas Mahamat Tolli à l’ouverture de l’exposition, le 20 novembre 2022 à N’Djamena. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Dans le cadre des festivités du cinquantenaire de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), l’institution a voulu retracer l’histoire de l’évolution des billets des banque, des années 1920 à nos jours. À cet effet, une exposition dédiée a été organisée le 20 novembre à N’Djamena, au Tchad. 

«L’exposition des billets de banque a valeur pédagogique : c’est beaucoup plus éloquent que tous les discours que nous allons tenir sur l’historique et l’évolution des billets de banque à travers un peu plus de 50 ans que nous sommes en union monétaire et chaque fois, vous avez dû constater que les billets ont changé, évolué également en matière de sécurité. La texture, le substrat même des billets a évolué en qualité. Il y a aussi les thématiques qui ornent ces billets, ainsi que l’iconographie, qui reflètent un peu la Cemac, ses figures emblématiques, l’économie de la sous-région», a affirmé le gouverneur de la BEAC.

La nouvelle gamme de billets en début de semaine 

«Ces billets, c’est d’abord l’intégration des personnes. C’est pourquoi nos billets, souvent, donnent une dimension particulière à l’humain. Ces billets parlent un peu de l’évolution tout ça, de cette union monétaire. Et donc je pense que pour les jeunes générations, c’est une bonne chose de découvrir et comprendre l’histoire de leur institution, de leur monnaie commune. Pour le public, c’est également une occasion de connaitre les signes monétaires. C’est une activité connexe aux festivités du cinquantenaire de la BEAC», a ajouté Abbas Mahamat Tolli. 

Alors que beaucoup s’attendaient à découvrir en exclusivité les nouveaux billets de banque durant cette exposition, Abbas Mahamat Tolli a demandé de prendre son mal en patience. «Ce sera fait en début de semaine prochaine et vous verrez : ce sera une touche supplémentaire de cette histoire, un hommage qui est très bien conté dans cette exposition», a-t-il conclu. Dans le cadre du cinquantenaire de la BEAC, cette exposition a été précédée par l’organisation d’une course à pied de 10 km. 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire