GR

 

GSEZ a réitéré, le 5 juin, son engagement à mettre en œuvre des mesures visant à protéger la mangrove  dans la Zone économique a régime privilégié (Zerp) de Nkok. L’entreprise a notamment initié une étude d’impact environnementale et sociale sectorielle, afin d’atténuer les risques potentiels d’atteinte à la biodiversité par les industries présentes à Nkok.

GSEZ est engagée dans la préservation de la mangrove de la Zerp de Nkok. © Gabonreview

 

La Zone économique à régime privilégié (Zerp) de Nkok abrite une importante mangrove dans une partie non encore transformée. Dans le cadre de la semaine de l’environnement, le groupe GSEZ a réitéré, le 5 juin, son engagement à mettre en œuvre des mesures visant à protéger cette mangrove et les espèces vulnérables qu’elle abrite.

La mangrove est un écosystème de marais maritime incluant un groupement de végétaux spécifiques principalement ligneux, ne se développant que dans la zone de balancement des marées. Elle a un rôle essentiel, aussi bien physique qu’écologique, dans la conservation des littoraux tropicaux. La mangrove possède également une valeur refuge significative et abrite une grande biodiversité animale.

D’où l’engagement de GSEZ, en collaboration avec la direction générale de l’Environnement, à protéger la mangrove de Nkok. D’autant qu’elle fournit aussi des services essentiels aux communautés qui vivent à proximité (miel, produits médicinaux, bois de construction, etc.). Tout comme elle contribue au stockage du carbone, participant ainsi à la lutte contre le changement climatique.

Dans le cadre de cet engagement, l’entreprise créée en 2010 a initié une étude d’impact environnementale et sociale sectorielle, afin d’atténuer les risques potentiels d’atteinte à la biodiversité par les industries présentes dans la Zerp de Nkok.

 

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire