HABANA

Dans la cadre des tournées qu’il a entreprises depuis sa nomination à la tête du ministère de la Communication, de la Poste et de l’Économie Numérique, Blaise Louembé s’est rendu récemment à l’Agence de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) où il s’est imprégné du fonctionnement, mais surtout pour faire état de l’avancement de la restructuration engagée depuis la décision de fusionner l’Agence de régulation des postes avec celle des télécommunications.
Blaise Louembe ministre de la Communication, de la Poste et de l’Économie Numérique
Cette visite du ministre Louembé vient après celles de la semaine écoulée dans les différents médias de la capitale gabonaise, où il a pu constater de lui-même les difficultés auxquelles sont confrontées ces entreprises, pour la plupart de très petite taille.
C’est aussi sa première visite en tant que ministre de tutelle qu’il a faite à l’Arcep qui est l’organe de régulation au niveau des télécommunications et des postes.
Avant l’intervention du ministre, le président de l’agence, Lin Mombo, qui a fait visiter les lieux à la délégation du ministre, lui a présenté les projets en cours qui devraient accroitre les performances de l’Arcep et de son fonctionnement. Pour cela, l’Agence va construire dans les prochains mois son propre siège. Un appel d’offre dans ce sens sera lancé au mois de juillet.
Blaise Louembé s’est fait pédagogue en revenant sur les attributions et les missions de cette agence. Il a de ce fait souligné que l’exécution des politiques de son ministère relève désormais, pour la plupart, des administrations personnalisées qui sont des agences.
De ce point de vue, rien n’est encore acquis pour ce qui est de l’appellation de cette institution. L’Assemblée nationale a adopté le texte consacrant sa dénomination mais le Sénat a encore son mot à dire, ce qui fait que le ministre de la Communication qu’il sera entendu par les membres de cette Haute chambre du parlement : «Lundi je vais être entendu par les sénateurs pour défendre ce projet et vendredi on connaîtra le nom de votre agence », a-t-il déclaré tout en s’interrogeant : «Est-ce qu’elle va s’appeler Agence de régulation ou Autorité de régulation comme le propose l’Assemblée Nationale
Quoi qu’il en soit, a-t-il rassuré, l’Arcep conserve toutes ses attributions et ses pouvoirs réglementaires qui répondent aux standards internationaux.
Dans ce contexte, le ministre de la Communication, de la Poste et de  l’Économie numérique n’a pas hésité à saluer l’ensemble des opérations menées par l’Arcep dans le cadre de la régulation. Il s’agit notamment des mises en garde faites aux entreprises de téléphonie, ainsi que les sanctions qui leur sont régulièrement infligées pour les abus qu’elles commettent souvent vis-à-vis des consommateurs et parfois de l’État.
Aussi, Blaise Louembé a invité les responsables de l’Arcep à tout mettre en œuvre pour faire respecter leurs cahiers de charges à ces opérateurs car le Gabon des services passe inéluctablement par la recherche de la performance.
Le ministre a essayé de décourager les responsables des entreprises qui veulent régulièrement passer par lui pour bénéficier de certaines largesses qui, au final, laisseraient des trous dans le système de contrôle. Dès lors, il a essayé d’être clair en faisant la distinction entre le travail du ministère et celui de cette agence: «nous ne nous mêlons pas du travail des agences qui ont la totale liberté de faire le travail que nous-ne faisions pas avant avec autant de rigueur».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire