Dans le cadre de la réinsertion professionnelle et sociale des détenus mineurs de la prison centrale de Libreville, ceux-ci bénéficient, depuis ce 7 juin, d’une formation théorique et pratique dans les métiers de l’hôtellerie et bâtiment.

Mineurs en Prison Gabon

Financé à hauteur de 60% par l’Unicef et 40% par l’Etat gabonais, cette initiative est estimée à 39,72 millions de francs CFA et concerne 65 jeunes. Plusieurs officiels ont pris part au lancement de ce projet, le 6 juin à la prison centrale de Libreville, dont Séraphin Moundounga, ministre de la Formation professionnelle, son homologue de la Justice, Ida Reteno Assonouet, ainsi que des fonctionnaires de l’organisation onusienne.

«Ce projet comprend deux volets, à savoir la formation et la réinsertion. L’objectif est de contribuer à l’insertion et à la réinsertion professionnelle et/ou social des jeunes en conflit avec la loi, à travers des formations courtes et qualifiantes, avec un suivi d’accompagnement post-formation de 6 mois», a expliqué Marie Soumaho, directrice générale de l’Insertion et de la Réinsertion sociale.

Par ailleurs, cette initiative est l’occasion pour le Gabon de mettre en œuvre les conventions librement signées et relatives aux droits des enfants, en faisant appliquer la loi 39/2010 portant régime judiciaire de la protection des mineurs, notamment en son article 29, alinéa 3. On s’interroge cependant sur le sort des détenus des autres provinces. 14 mineurs sont en prison au Gabon dont 65 à la prison centrale de Libreville.

 
 

3 Commentaires

  1. LUNE dit :

    C est un bon projet mais j aimerai pas un un jour dans ma chambre d hôtel avec un violeur quoi…
    Ce qu il aurai du faire comment formation l électricité, la mécanique le bâtiment bien sure et autre chose que l hostellerie ben voila quoi

  2. joseph dit :

    Il faut se mettre à rire de certaines nouvelles. 39,72 millions FCFA est un montant de 101.846 FCFA par mois et par personne !! Mais, s’il vous plait, je suis à la recherche d’un bulot et je n’ai pas eu des histoires avec la loi. Est ce que je peut etre inserè dans ce groupe parce que, meme en levant les frais des inseignants, ce qui me revien est dans tout cas plus de que je cherche. Puisse-je voler dans un magasin pour après etre integré dans cette question ?
    Mais la demande finale est: qui a estimè ces valeurs et combien revient à tout le monde au dehors des prisionniers qui se retrouvent dans une pas movaise situation s’ils beneficieraont d’une partie? Le cas contraire il faut clarifier comme seront répartis les montants. Quel que soit le montant ne sera pas mal.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW