Le ministre de l’Enseignement supérieur s’est rendu au chevet Caulya Clyfore Obame, le 26 avril au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL). 48 heures plus tôt, la jeune étudiante en master 1 Sociologie a été agressée dans l’enceinte même de l’Université Omar Bongo (UOB). Elle a reçu quatre coups de poignard d’un individu non identifié.

Jean de Dieu Moukagni-Iwangou près du lit d’hôpital de Caulya Clyfore Obame, le 26 avril 2019 à Libreville. © D.R.

 

Victime d’une agression à l’arme blanche, le 24 avril à Libreville, Caulya Clyfore Obame a reçu la visite du ministre de l’Enseignement supérieur, le 26 avril. Accompagné du recteur de l’Université Omar Bongo (UOB), Jean de Dieu Moukagni Iwangou s’est rendu au chevet de cette jeune étudiante, internée au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL).

Le ministre d’État a apporté tout son soutien et, partant, celui du gouvernement à Caulya Clyfore Obame. Le recteur de l’UOB (Marc Ropivia), quant à lui, a rassuré l’étudiante quant à son parcours académique ainsi perturbé. Par ailleurs, le ministre d’État a affirmé que des mesures seront prises pour faire la lumière sur cette affaire.

Selon des témoignages concordants, la scène s’est produite alors que l’étudiante se rendait à son domicile après les cours aux environs de 13h. Obame Caulya Clyfore, étudiante en master 1 Sociologie, a reçu quatre coups de poignard d’un individu sorti des hautes herbes qui parsèment l’Université Omar Bongo. Cet acte odieux s’est produit derrière le bâtiment abritant l’amphithéâtre de licence 1 Sociologie.

Après cette visite, la victime a témoigné sa reconnaissance, tout en interpellant ces hôtes. «J’apprécie ce geste réconfortant du ministre et du recteur. Mais je souhaite surtout que nos universités soient sécurisées. Mon agresseur m’a attaquée par surprise en arrachant mon téléphone et mes effets», a déclaré Caulya Clyfore Obame.

Un appel vivement écouté par le ministre de l’Enseignement supérieur, qui a affirmé que des mesures seront prises pour faire la lumière sur cette affaire. Par ailleurs, l’administration et la tutelle ont promis de mener prochainement des actions fortes en vue de sécuriser les universités, devenues de véritables coupe-gorges pour les étudiants et les populations environnantes.

 
 

2 Commentaires

  1. M.H dit :

    Toujours à faire le médecin après la mort.

  2. moundounga dit :

    Bjr. Bon rétablissement ma fille. Prends s’il te plait sur toi l’ensemble des mesures des autorités afin de te venir en aide pour ta guérison. Mais sur une échelle de 100 je te parie à 90% que rien d’autres ne se fera sur le plan structurel et cela malgré la bonne volonté des uns et des autres. Amen.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW