Le ministre de l’Agriculture a présenté, le 10 avril à Akanda, la nouvelle stratégie nationale de développement agricole. Un plan d’action qui vise notamment à réduire de 50%, les importations alimentaires d’ici à 2023.

Biendi Maganga Moussavou, lors des échanges. © D.R

 

Les ambitions du Gabon dans le domaine agricole ont été déclinées par le ministre de tutelle, le 10 avril à Akanda. Une grand-messe qui a réuni les acteurs de la société civile, représentants des confessions religieuses, centrales syndicales, coopératives, acteurs de la grande distribution et de la grande industrie, etc. selon le ministre de l’Agriculture, l’idée était d’expliquer que le gouvernement compte faire en 2019 du secteur agricole. «Nous courons derrière l’autosuffisance alimentaire, nous courrons pour assurer pleine la sécurité alimentaire et faire en sorte que chacun puisse consommer local en toute quiétude», a affirmé Biendi Maganga Moussavou.

Une aventure qui se heurte cependant à différents écueils allant de l’accès au foncier et la formation aux problèmes de marché, en passant par la transformation des produits agricoles. «Tous ces problèmes ont des solutions que nous avons présentées lors de notre exposé», a souligné le membre du gouvernement. Confiant que le secteur agricole est l’avenir du Gabon, Biendi Maganga Moussavou a dit avoir foi en l’atteinte des objectifs fixés. Ceux-ci passent notamment par la multiplication des communications et la promotion de la participation du plus grand nombre.

D’où la nouvelle stratégie, dont les défis sont énormes. Elle souhaite réduire de 50% les importations alimentaires qui coûtent 450 milliards de francs CFA par an à l’État gabonais ; favoriser le développement socio-économique de certaines zones, accroître à court terme la part de l’agriculture dans la richesse nationale estimée pour l’heure à 5% ; lutter contre le chômage des jeunes en prévoyant la création de 15 à 20 000 emplois d’ici à 2023 ; et garantir une meilleure sécurité alimentaire.

Pour y arriver, le gouvernement entend proposer la mise en place d’un laboratoire de sécurité alimentaire avec un spectre large d’analyses biomédicales et biologiques ; la prise de dispositions réglementaires pour mieux contrôler l’alimentation de rue ; la transformation et le stockage des produits agricoles, ainsi que la mise en place d’airs de quarantaine aux frontières. Ces quarantaines permettraient d’éviter «l’entrée sur le territoire national de bétail sur pieds sans que la quarantaine qui s’impose n’ait pas été respectée pour éviter la contamination de notre marché», a soutenu Biendi Maganga Moussavou.

A cela s’ajoute, la mise en place de zones agricoles à forte productivité. Pour le ministre de l’Agriculture, elles «vont régler les problèmes de chaînes de valeur, les problèmes d’accès au foncier, les problèmes d’intégration des petits agriculteurs dans une dynamique qui implique les agripreneurs et agroindustriels en mettant en place dans le même endroit, la recherche de développement, l’information et la transformation des airs de commercialisation». Au nombre de quatre, ces zones seront mises en place dès cette année, dans l’Estuaire, le Haut-Ogooué, la Ngounié et le Woleu-Ntem.

Selon Biendi Maganga Moussavou, ceci sera mis en œuvre grâce au soutien des bailleurs de fonds qui croient au modèle économique gabonais. «La valeur ajoutée de cette nouvelle stratégie c’est qu’elle tire déjà les enseignements des précédents essais. Elle a le mérite de regrouper non seulement l’expertise des bailleurs de fonds […] celle du ministère de l’Agriculture, la volonté du secteur privé». Pour lui, «l’agriculture n’est pas un loisir, mais un business qui demande des normes de critères de rentabilité». À cet effet, Biendi Maganga Moussavou a invité les agriculteurs à avoir «une vraie approche des forces et des faiblesses de notre environnement».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW