Nina Alida Abouna a passé le témoin à Gabriel Ntougou, le nouveau directeur général de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI), le 1er mars à Libreville.

La DG sortante et son remplaçant, lors de la cérémonie de passation des charges. © Gabonreview

 

Nommée secrétaire générale du ministre du Tourisme, lors du Conseil des ministres du 26 février, Nina Alida Abouna a passé le témoin, le 1er mars, à Gabriel Ntougou, le nouveau directeur général de l’ANPI-Gabon. Après 4 ans à la tête de l’ANPI, Nina Abouna estime, avec son équipe, avoir «réussi à répondre aux attentes des plus hautes autorités». L’arrivée d’un nouveau manager, n’est pas un remplacement à la direction de l’ANPI, affirme-t-elle, mais la continuation des actions mises en œuvre pour booster le climat des affaires au Gabon. Assurant que diriger l’ANPI fut pour elle, une «expérience exaltante», elle espère que son successeur y apportera de la valeur ajoutée pour élargir la base productive et assurée une croissance inclusive à l’économie gabonaise.

Si Gabriel Ntougou a rappelé que l’ANPI est la pièce maîtresse du Plan de relance de l’économie et partant, des objectifs les plus stratégiques du gouvernement, il y voit «un projet très cher au chef de l’État». Et à ce titre, il espère être à la hauteur de sa tâche et des attentes du Gabon. Dans un environnement où la recherche permanente de l’amélioration du climat des affaires est une priorité, le PCA de l’ANPI, Liban Soleman, a assuré que l’Agence a atteint un niveau de maturité qui permet maintenant de passer à une autre étape. «Monsieur Gabriel Ntougou a raison de dire qu’il espère être à la hauteur des attentes des plus hautes autorités, dont le chef de l’État, parce que le challenge est lourd», a-t-il affirmé. «Le programme de relance de l’économie, le PSGE, c’est 11 mille milliards à lever. Ce n’est pas 11 mille milliards du budget de l’État ; c’est de l’investissement direct étranger qu’on doit aller chercher», a-t-il averti, invitant Gabriel Ntougou à prendre la mesure de la tâche qui lui incombe désormais.

Pour Liban Soleman, dans ses nouvelles fonctions, Gabriel Ntougou devrait prendre en compte d’autres instruments comme le Haut conseil pour l’investissement (HCI) et la mise en place du pôle Invest qui est la plateforme de discussion avec les autorités sur les infrastructures prioritaires.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW