Le porte-parole de la présidence de la République gabonaise, Alain Claude Bilié Bi Nzé,  a entretenu, ce jeudi 11 octobre, les médias sur les dernières sorties du chef de l’État, Ali Bongo Ondimba. Il est revenu longuement sur la question de l’introduction de l’anglais dans le système éducatif gabonais, dénonçant au passage «l’acharnement systématique et sans fondement de certains médias français à l’encontre du Gabon à l’occasion de ses choix politiques».

Abou Diouf s'était, le premier, étonné de la déclaration de Bilié Bi Nzé parlant d'instaurer le bilinguisme au Gabon - © D.R.

La question de l’introduction de l’anglais au Gabon comme langue officielle a en effet alimenté les débats ces dernières semaines au point que le Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, s’en est également étonné. Le Québec également n’a pas manqué de se monter inquiétée de la décision du Gabon.

Alain Claude Bilié Bi Nzé est donc revenu sur le sujet pour mettre les points sur les “i”. Il a de ce fait indiqué la surprise qui a été la leur d’apprendre, au lendemain de sa conférence de presse du lundi 1er octobre 2012, par des «médias surtout français que le Gabon allait adopter l’Anglais comme deuxième langue et sortir progressivement de la Francophonie». Rappelant que le Gabon fait partie des États fondateurs de l’Agence de Coopération culturelle et technique (ACCT), ancêtre de l’OIF, le porte-parole de la présidence de la République a relevé que le Gabon abrite le siège sous régional de cette organisation pour l’Afrique Centrale, l’Océan indien et une partie de l’Afrique Australe.

Il a également souligné, entre autres, que «le Gabon a toujours pris part à tous les sommets de la Francophonie et entend y rester et affirmer sa place parmi les pays leaders de la langue française». Ceci, a-t-il justifié, du fait que «sur les soixante-quinze États membres de l’OIF, le Gabon fait partie du groupe des  trente-deux États qui ont adopté le Français comme langue officielle de travail. La constitution gabonaise l’a consacré en son article 2». «C’est fort de toutes ces réalités que le Gabon ne saurait se soustraire, comme le prétend une certaine presse, de l’usage de la langue française», a-t-il précisé.

Sur la même lancée, Alain Claude Bilié Bi Nzé a indiqué que la France a pris de l’avance sur l’enseignement de l’anglais. Il est donc est «normal que le Gabon lui emboîte le pas». Et de rappeler que l’OIF poursuit entre autres buts la promotion de la diversité culturelle et linguistique. «Cette diversité doit se vivre par l’ouverture aux autres et aux autres langues».

Pour conclure, Bilié Bi Nzé a expliqué que le choix des autorités gabonaises d’introduire l’enseignement de l’Anglais à partir du pré-primaire, résulte des États Généraux de l’Éducation, convoqués par le président de la République. Les résolutions de ces assises ont abouti au vote de la loi n°21/2011 du 14 février 2012 portant orientation générale de l’éducation, de la formation et de la recherche.

Toute chose qui, in fine, se justifie par le fait que sur la scène internationale, la maîtrise de plusieurs langues, dont l’anglais, est un atout indéniable dans le cadre des échanges dans un monde de plus en plus globalisant. En outre, le Gabon a décidé de diversifier ses partenaires au développement. Ce qui passe par la maîtrise des langues les plus parlées dans le monde.

Par ailleurs, l’on a appris au cours de cette conférence de presse qu’un stock de munitions a été détruit le lundi 8 octobre dernier à Ayéme, sur la route nationale. Bilié Bi Nzé a indiqué que «par ce type d’opérations qui entre dans le cadre de la gestion des stocks des munitions et autres types d’armements, il va sans dire que l’État Gabonais accorde la plus haute importance à la sécurité des biens et des personnes vivant sur son territoire».

 
 

20 Commentaires

  1. CLG dit :

    Pauvre Bilié bi machin qui se plaint de la France? Quelle grosse blague!

  2. Ayong dit :

    qu’il nous donne les raisons de son imposture à la rochelle, lui qui veut combatre les socialistes aujourd’hui !Devant les cameras de pdg television, il insulte la france.Mais en coulisse, il fait les courbettes à cette dernière.Pauvre Ali, ya t-il pas mieux dans son entourage pour occuper ce poste ?

  3. nababy dit :

    en realite les choses sont claires! la FRANCE à peur de perdre l’un de ses “grainiers”! pourqoi une telle annonce souleve tant de polemique? et pourtant l’initiative n’est pas de banir la langue française mais d’exploiter aussi l’anglais comme une langue de reference!! la FRANCE à peur que dans les 10 prochaines années nous ne soyons plus sous son controle! c’est dommage pour certains gabonais qui ne veulent pas soutenir cette initiative d’ALI BONGO!

    • Nlaqui dit :

      Nababy; tu as parfaitement raison. Il faut soutenir ali bongo dans sa decision de faire de l’anglais, la deuxieme langue du pays. Cette decision est une tres bonne initiative. Maintenant ali doit prendre la decision de ne pas faire plus de deux mandats de 5 ans.

  4. Le Fils de la Veuve dit :

    Billié By Nzé ne sait plus dire …. Ce rtype se contredit en moins d’une semaine. N’est-ce pas lui qui clamait que l’usage exclusif du français aujourd’hui est une qusi-infirmité et que la Gabon veut aller vers le bilinguisme ? A ce moment-là ne savait-il pas que la Constitution consacre le Français comme langue officielle ? Et a-t-il oublié que son emntir avait déjà évoqué une hypthétique adshésion au commonwealth ? Billié By Nzé a milité dans les jeunesses chrétiennes et il en a visiblement gardé un goût prononcé pour la psalmodie…

  5. nababy dit :

    @u fils de la veuve! @ kabangona !Billié BY NZE est dix milles fois mieux que vous en matiere de rhétorique donc inutile d’insulter sa personne! l’intitulé ici c’est ” Bilié Bi Nzé dénonce l’acharnement des médias français” c’est une posture normale, on ne peut pas laisser les medias etranger attisé la polémique sur une decision interne au Gabon!certe la crititique n’est pas interdite! depuis 40ans la présidence de la republique n’a jamais communiquer autant donc laisser Billié By Nze faire son travail!

    • GuLe fils de la Veuve dit :

      @Nababy. Justement, la présidence de la République ne doit pas être un tonneau vide qui fait du bruit pour en faire. sa parole doit être aussi rare, que pesée et mesurée car, au-desus d’elle, il n’ ya plus d’institutions… Trop de communication tue la communication, dit un adage. Surtout que Billié By Nzé ne communique pas mais déverse des truismes, poncifs, lieux commns et contre-vérités qui ne font denuire à l’image du Gabon. Si pour vous un repris de justice notoire et inculte est la personne la mieux à même de parler en votre nom, libre à vous… Quand à “l’acharnement des média français” il n’ y a que vous qui le voyez. On a tous les chaînes cablées chez nous et personne ne se souvient avoir vu I-télé, LCI, France 2, TF1 et autres consacrer ne fut-ce qu’une émission entière à cette question. “Acharnement” ? Ce mot a un sens bien précis cher ami…. Ne vous voyez pas plus gro que nous n’êtes et utilisez le mot juste quand il le faut…

    • kabangona dit :

      @nababy,

      Ton champion-là, il ne communique pas. Il brasse du vent. Ce n’est pas cela la communication.

  6. jules obiang dit :

    @ Nabady.
    Oui d’accord avec toi quand tu dis qu’il est fort en réthorique pour convaincre des personnes comme vous. Vous voyez vous même l’effet vos pitreries sur le plan national et international. Votre pouvoir a fini de transformer le Gabon en un grand cirque équatorial, avec des bouffons et des CLOWNs à la dimension du pittoresque que vous servez à la communauté internationale. Transformer un STADE en école même la FIFa en est attristée. mais pour vous c’est de la rethorique. C’est le porte parole de la CLOWNERIE et de vos actions. Un chef d’Etat qui s’ennui à son palais pour aller controler la baisse des prix au marché ….. voila les hauts faits de votre cirque. Chaque jour vous avez un numéro à jouer……

    • Boukoubi Maixent dit :

      @Jules Obiang. Ne vous fachez pas. Par contre faites le petit exercice suivant : “Passionné de voitures de course dont il possède plusieurs modèles, de boxe et de films de Walt Disney. Il se fait confectionner des vêtements spéciaux pour pouvoir porter de nombreuses décorations et s’auto-attribue également de nombreux titres comme celui de « roi d’Écosse » Il se fait appeler Docteur alors que n’a jamais mis les pieds dans une université” Voilà pour le premier.
      “Passionné de voitures de course dont il possède plusieurs modèles, il adore les jeux vidéo. Il se fait friser les cheveux pour ressembler à un chanteur américain et s’attribue plusieurs titres dont celui de Raïs. Il se dit docteur en droit alors qu’il n’a jamais mis les pieds dans une inversité”.
      Ne trouvez-vous pas le parallèle frappant ? Le premier ? Ami Dada dont tout le monde dit c’était un bouffon. Le second ? Ali Bongo… Que chacun déduise alors le sentiment qu’il laisse au monde extérieur, n’en déplaise aux courtisans

      • Morel dit :

        Ou est le veritable probleme?
        Si le gouvernement par l’entremise de son chef de l’Etat decide d’utiliser comme deuxieme langue nationale l’anglais c’est tout simplement pour le bien des jeunes gabonais que nous sommes car pour travailler aujourd’hui dans une societe petroliere en tant que Ingenieur il te faut parler forcement anglais car plusieurs notice sont en anglais refuser l’eanglais comme deuxieme langue aujoud’hui au gabon c’est refuser de trouver du travail au jeunes gabonais lambda qui n’on pas de moyen de sortir du pays afin d’apprendre cette langue…..Laissez nous travailler dans des sociétées etrangeres tous les gabonais doivent avoir les memes droits et les memes chances afin d’avoir un emploi digne de ce nom et qui correspond à son cursusse sscolaire

  7. demain un jour nouveau dit :

    Ne le jugez pas trop severement..ce n’est pas de sa faute. Il n’est que porte parole, c’est le seul poste que sa majeste a bien pu lui trouver, car après mme Mezui il fallait bien trouver un autre bouffon pour venir se ridiculiser chaque semaine devant les medias. ce n’est pas lui qui ecrit les inepties qu’il nous sert! Mais comme il a accepte cette fonction qu’il en fasse les frais.. Alors, Un jour on joue au bad boy en critiquant et menacant d’integrer le commonwealth, en allant prendre exemple sur un pays(le Rwanda) classe au 166eme rang au classement mondial IDH(2011) quand le Gabon est 90eme, bref,le lendemain on dit c’est une tempete dans un verre, le surlendemain on nous apprend que c’est une mesure adoptee dans le cadre des etats generaux de l’education nationale..mais on n’oublie ceci: cela n’engage pas que l’education nationale, cela engage la Nation entiere que d’adopter l’anglais en seconde langue. Aussi cela necessite au dela de vos etats generaux, une modification de la constitution et/ou pour avoir l’assentiment du peuple, un referendum. Voilà. Ne prenez pas les gabonais pour ce qu’ils ne sont pas: des moutons…
    Une fois de plus vous avez tente une operation de com, en vous prenant pour de fins strateges, afin que la France observe vos gesticulations et que Francois H. Decroche son telephone pour demander a notre majeste d’arreter ce processus…que neni car la France d’Hollande n’est pas la France de Chirac ni de Sarkozy…vous vous etes trompes d’adresse, le President Hollande a reaffirme hier le proces des biens mal acquis irait a son terme.vous devrez justifier de vos immenses et colossales richesses en France. En esperant qu’ils ne vous arrivent pas le même destin qu’au fils Obiang Nguema! Donc continuer vos gesticulations et comme on dit au pays…l’oiseau oublie le piege mais le piege…a bon entendeur…

  8. Jean Teka dit :

    C’est non négocial. Le Gabon est un pays souverain. Les gabonais doivent soutenir les décisions prises pour le développement de leur pays.

  9. FRIDRISCH dit :

    je me dis le Gabon m’a a demander la France ou la francophonie pour prendre une decision qui est importante pour les generations futures
    L’introduction de l’anglais au Gabon ne vous regarder pas c’est le gouvernement gaboanise qui va s’acharger pour les depenses, dansd la formation des professeurs. je suis vraiment atristé quand les etudiants critique une telle mesure. qui est tres importantes. je suis le fils d’un pays grace à mon intelligence je fais les etudes à l’etranger. je peux vous dire que l’anglais est tres important quand vous voyager meme la France ou le Quebec la premiere langue qu’on vous parle à l’aeroport est l’anglais. Donc le choix du gabon ne peut pas deranger les gens.s’il vous plait le gabon n’est un territoire Français ou quebecois.

    • Guy Massard dit :

      @FRIDRISCH. Au Costa Rica, tout le monde parle au moins deux langues espagnol et anglais. D’autres en parlent trois ou quatre. Est-ce que le Costa Rica a crié sur tous les toits qu’il devenait plyglotte. Pour réformer le système éducatif et y introduire beaicoup plus d’anglais on n’a pas besoin de devenir bilingue et le clamer… Pour réformer les programmes audiovisuels et y introduire l’anglais on n’a pas besoin de bomber le torse et clamer qu’on devient bilingue. Le bilinguisme ne se décrète pas cher ami. Il c’acquiert grâce à des réformes de fond portant sur le système éducatif et les médias notamment….
      Demain si Ali Bongo clame partout qu’il veut que le Gabon devenir champion du monde de foot-ball sans mener les réformes qu’il faut en amont, vous le suivrez aussi ?

    • CLG dit :

      Guy Massard a bien dit! Voilà une personne, comme Ali ne comprend rien du tout dans ce débat! Parler du Québec sans connaître l’histoire du Québec et du Canada, c’est s’aventurer dans le vide comme les émergents adorent le faire. On prend des décisions sans sans connaître les tenants et aboutissants. Ali boude contre la France et pour la punir (sic), il décrète des inepties sans savoir ce qu’il fait.

      Les Gabonais ne refusent pas de parler d’autres langues, notamment l’anglais. Nous savons tous que l’anglais est un atout important, notamment pour certaines carrières professionnelles; qu’on soit gabonais ou non (mondialisation). Il est donc tout à fait normal qu’on encourage l’apprentissage de plusieurs langues dans le système scolaire et au travail. Mais ceci n’a rien à voir avec l’imposition de l’anglais comme une langue officielle d’un état comme le Gabon. La notion de langue officielle dépasse le simple fait de constater qu’une langue est importante pour qu’on encourage de la parler. Le Gabon a une culture, pour ne pas dire des cultures; une histoire. On décrète pas ce genre de chose comme l’imposteur Ali Bongo l’a fait. Le Gabon ne lui appartient pas. L’introduction d’une langue doit se faire après mures réflexions et mises en place des institutions capables de supporter d’un tel changement. On ne se réveille pas un matin et on décrète une nouvelle langue officielle et ensuite on prend l’avion pour aller voir ce qui se fait au Rwanda! C’est ridicule! Les caprices d’Ali Bongo ne doivent pas être imposés à tous!

      Demain, parce que le Mandarin devient important dans la mondialisation, Ali Bongo va-t-il nous imposer aussi une 3e langue officielle chinoise? On voit bien que c’est une logique, au mieux, délinquante!

      Tout ceci nous rappelle la république des maquettes émergentes d’Ali Bongo. Des annonces pompeuses et décisions à l’emporte-pièce pour épater la gallerie ou bouder contre les anciens amis qui nous lâchent. C’est de l’improvisation et de l’incompétence!

      Une chose est certaine, pour en finir avec ces vendeurs d’illusions émergentes, il faut que le régime Bongo-Pdg s’en aille!

  10. nziman dit :

    Nababy je présume que tu vis en France et que tu as lu des journaux en France qui parle du Gabon . Qui veut sortir de la francophonie.
    De grâce de quel journal s’agit il ? Le figaro? Libération? Le parisien ? Le monde? Ou c’est plutôt un magazine ? le point? Le nouvel obs? L’express? Une certaine presse quelle presse ?
    Toujours à croire vos minables stratégies sont payantes !!!!!
    Pauvres Gabon

  11. H.Rempira dit :

    Pour une fois que j’intervienne ici sur un sujet de français ou d’anglais au Gabon,je dirais que la France n’a pas de leçon à donner au Gabon sur la question rien qu’à voir dans les conferences internationales lorsque les ex colonisés s’evertuent à intervenir dans la langue de Molière pour pereniser la culture française,les delégués français eux en general et partout n’interviennent qu’en anglais,j’ai vécu cela meme si nous aussi pouvions nous exprimer en bon anglais,nous le faisions en Français,les dispositions de traduction simultannée etant prevues/
    Quand les français nous embrigadent dans leur culture,eux ils s’ouvrent à d’autres cultures:Visitez les ecoles françaises ici ,en France ou ailleurs vous allez constater que l’enseignement de l’anglais est obligatoire dès les classes maternelles depuis des decennies,je sais ce que je dis pour avoir scolarisé mes enfants dans des lycées français/au 21ème siecle la France nous consdère encore comme des attardés mentaux quelle est cette histoire?Y a des choses qui ont disparu dans le systeme éducatif français toujours en vigueur chez nous ” Le C E P E ” ou certificat d’etudes indigenes y a qu’ici ça se fait meme si il ne peut permettre a son detenteur un poste de technicien de surface/Une chose M. le Ministre Bilié BI Nze n’a pas à se justifier si le Gabon veut quitter ou pas la Francophonie/En Afrique du Sud cherche-en vous verrez qu’il ya une forte tendance des parents sud africains qui scolarisent leurs enfants dans des Ecoles chinoises,cherchez pourquoi/

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW