Une délégation des experts de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) a eu une séance de travail, le 23 avril 2019 à Malabo, avec les membres de la Commission de la Commission économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Objectif, promouvoir l’accord sur la diversification économique et l’industrialisation de la sous-région.

Réunion entre la CEA et la Cemac en vue de la promotion de la diversification économique et de l’industrialisation de l’Afrique centrale. © D.R.

 

Les experts de la CEA ont échangé le 23 avril, à Malabo, en Guinée Équatoriale, avec ceux de la Cemac dans le cadre de l’opérationnalisation de l’accord sur la promotion de la diversification économique et l’industrialisation, axée sur la transformation des ressources naturelles en zone Cemac.

L’objectif de cette rencontre réunion présidée par le Directeur du Bureau de la CEA pour l’Afrique centrale, Antonio M.A. Pedro, et le représentant du président de la Commission de la Cemac, Michel Niama, était de passer en revue divers sujets en lien avec l’ambition de promouvoir la diversification économique et l’industrialisation. Spécifiquement, cette réunion portait sur des éléments qui devront former les bases d’un partenariat formel entre les deux institutions, sous la forme d’un Mémorandum d’entente.

Les préalables sur l’industrialisation axée sur les ressources naturelles et les chaînes de valeur ont été largement discutés. Les experts ont également analysé les politiques macroéconomiques pour la diversification et l’industrialisation, le Programme des réformes économiques et financières de la Cemac, l’écosystème fiscal requis pour le financement du développement et la question de la cohérence des politiques à court, moyen et long terme. La rencontre a également permis aux deux équipes d’experts de mieux cerner les contours de chaque institution afin de mieux identifier les possibilités de collaboration.

Lors de la 33e session du Comité intergouvernemental d’experts, les pays d’Afrique Centrale et leurs Communautés économiques régionales (CER) avaient adopté le «Consensus de Douala» ;  un accord pour la promotion de la diversification économique et l’industrialisation, axée sur la transformation des ressources naturelles abondantes dans la sous-région.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW