Le marché unique du transport aérien africain (MUTAA), projet phare de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, tend progressivement vers son effectivité. Officiellement lancé le 28 janvier 2018 en Éthiopie, ce projet fédère aujourd’hui 28 pays, soit plus de la moitié des 54 pays africains.

Vers l’opérationnalisation du marché unique du transport aérien africain (MUTAA). © D.R.

 

Deux décennies après la déclaration de Yamoussoukro adoptée en 1999, le projet de Marché unique de transport aérien africain (MUTAA), démarré avec 23 pays signataires, fédère aujourd’hui 28 pays du continent sur les 54. Ces adhésions représentent une population totale de plus de 710 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population du continent.

Le projet de ciel unique africain prévoit une libéralisation de l’accès au marché entre les États africains, l’exercice des droits de trafic, la libéralisation complète des fréquences. «Le MUTAA va permettre l’amélioration des niveaux de service aérien, renforcera la concurrence entre les itinéraires. Ce qui entraînera des tarifs plus compétitifs, stimulera le volume des trafics supplémentaires, favorisera le commerce, les investissements et d’autres secteurs de l’économie et entraînera un accroissement de la productivité et une augmentation de la croissance économique et de l’emploi, ainsi qu’une forte contribution à l’intégration africaine», assure le commissaire aux infrastructures et à l’énergie de l’Union africaine, le Dr Amani Abu-Zeidle.

Toutefois, certains estiment qu’une levée de verrous sur l’exploitation des lignes entraînera des pertes de parts de marché pour leurs compagnies nationales, déjà loin d’être en bonne santé financière. Car, jusqu’à présent, le ciel africain reste dominé à plus de 70% par des compagnies non africaines qui profitaient de la dynamique du secteur.

Selon l’UA, la mise en œuvre du MUTAA ouvrira la voie à d’autres projets phares, comme le passeport africain et la libre circulation des personnes, ainsi que la zone de libre-échange continentale (ZLEC).

Les vingt-huit pays qui ont ratifié le MUTAA sont l’Afrique du Sud, le Bénin, le Burkina Faso, le Botswana, le Cameroun, le Cap-Vert, la République centrafricaine, la République du Congo, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, l’Éthiopie, le Gabon, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Kenya, le Lesotho, le Libéria, le Mali, le Mozambique, le Niger, le Nigeria, le Rwanda, la Sierra Leone, le Swaziland, le Tchad, le Togo et le Zimbabwe.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW