Répondant à la lettre ouverte des femmes cinéastes dans laquelle elles s’étonnent de l’absence des femmes dans le palmarès du concours «Coup 2 cœur» organisée dans le cadre de la Journée mondiale contre les violences faites aux femmes au Gabon, la Première dame, Sylvia Bongo Ondimba, présidente de la Fondation éponyme, a précisé, le 3 décembre, dans le texte ci-dessous que «l’adhésion massive suscitée par ce concours est vraiment loin d’être paritaire : 90% de participants et seuls 10% de participantes…».

La Première dame, Sylvia Bongo. © D.R.

 

«Mesdames,

Grâce au concours «Coup 2 cœur», la parole a été libérée sur les violences faites aux femmes. Et votre lettre ouverte participe également à ce mouvement.

Vous conviendrez toutefois avec moi que ma Fondation, qui lutte pour le respect des droits des femmes, ne peut, au risque de se dédire, vouloir bâillonner celles en faveur de qui elle milite !

Soyez rassurées, Mesdames, nous reconnaissons vos talents et vos dons. Pour preuve, nous avons par le passé, accompagné certaines d’entre vous. Malheureusement, ce «Coup 2 cœur» n’a pas été votre «coup de chance» ! L’adhésion massive suscitée par ce concours est vraiment loin d’être paritaire : 90% de participants et seuls 10% de participantes… ce qui réduit considérablement les chances de voir triompher les œuvres féminines.

Nous devons en convenir :  promouvoir l’égalité basée sur le genre, c’est accepter parfois de céder les premières marches à nos « moitié », mais pour un petit temps !

Rendez-vous est pris pour l’année prochaine. A vos caméras, Mesdames !».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW