La jeune Davilla Okomo Ella, 28 ans, a été retrouvée morte mercredi à l’entrée de la cité Mébiame à Libreville, son cou présentant des traces de strangulation. L‘enquête menée par la police judiciaire n’a pour l’instant pas donné de suspect, mais a établi qu’il s’agit d’un assassinat.

Davilla Okomo Ella, de son vivant. © Facebook.com

 

Les riverains ont découvert, le mercredi 13 mars, un corps en état de décomposition à l’entrée de la cité Mébiame, selon des témoins. La famille a pu constater, jeudi à la morgue de Gabosep, qu’il s’agissait de la jeune Davilla Okomo Ella, 28 ans, résidant seule au PK8 et mère d’une fillette de 8 ans. «J’ai reconnu ma sœur grâce à son tatouage, car le reste était méconnaissable : le cou étranglé, des brûlures de partout, des blessures comme au couteau ou avec des bouteilles sur le ventre, et le visage défiguré avec déjà des asticots », déplore son grand frère Mately Allogo Ella.

Mercredi, la Police judiciaire (PJ) était arrivée à la cité Mébiame en compagnie des procureurs Evrard Boutougou et Franck Madouma. Ils ont constaté des traces de strangulation sur le corps tuméfié découvert dans une concession.

Le jardinier ayant découvert le corps a été interpellé pour les besoins de l’enquête. «Nous n’avions plus eu de nouvelles de Davilla depuis lundi», indique son frère. Sa petite fille était restée seule la nuit de lundi à mardi dans la maison. Dans la soirée de mardi, elle est finalement allée voir le bailleur de Davilla pour expliquer que sa mère n’était pas rentrée depuis lundi. M. Allogo ajoute aussi que l’ex-petit ami de Davilla avait reçu mardi un message du portable de Davilla disant «votre ex-petite amie Davilla Okomo Ella est décédée».

«Récemment, sa cousine nous a appris que Davilla avait été harcelée par un homme contre lequel elle avait porté plainte au commissariat d’Okala il y a environ un mois. Il l’aurait même menacée», selon le frère de la victime.

L’enquête en cours n’a pour l’instant pas permis d’identifier l’auteur du meurtre mais a permis de constater qu’il s’agit d’un meurtre, selon une source judiciaire.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW