Depuis sa disparition le 12 janvier et l’ouverture, le 13 février, d’une enquête judiciaire à l’initiative du procureur de la République d’Oyem, le garçon de 3 ans n’a toujours pas été retrouvé. Les autorités judiciaires qui communiquent rarement sur cette affaire cachent mal leur impuissance quand la famille de Rinaldi Abaga dit avoir le sentiment que le principal suspect, actuellement en garde à vue, bénéficie d’une certaine protection de la part du Parquet.

Lancée au lendemain de la disparition de Rinaldi Abaga, 3 ans, l’enquête piétine un mois après. © D.R.

 

Lancée officiellement le 13 février dernier, soit un jour après la disparition de Rinaldi Anderson Abaga Ngoua, l’enquête censée permettre de retrouver le garçon de 3 ans piétine, au point que 31 jours après, les autorités judiciaires ne sont pas parvenues jusque-là à déterminer l’auteur de l’enlèvement supposé de ce jeune compatriote. Plus difficile à supporter par les parents de l’enfant : le silence du procureur de la République à Oyem. Depuis son intervention sur la télévision Gabon 1ère, jeudi 23 janvier, Rodrigue Ondo Mfoumou n’a plus jamais communiqué sur cette affaire.

Pourtant, plusieurs personnes suspectées d’avoir un lien avec la disparition du garçonnet sont actuellement en détention préventive dans le chef-lieu de la province du Woleu-Ntem. Parmi celles-ci, un des jeunes oncles du disparu avec lequel il a été vu pour la dernière fois au village Ebbé Aba, à moins de 10 kilomètres de Bitam. Il semble toutefois que les auditions menées par la police judiciaire n’ont rien apporté de probant plusieurs semaines après. Ce qui ne manque pas d’exaspérer les membres de la famille, qui se sont exprimés mercredi 12 février à Libreville.

«[Nous demandons] aux autorités en charge du dossier un peu plus de rigueur dans l’enquête, car nous avons l’impression que le présumé coupable bénéficie d’une forme de protection qui l’amène à nous narguer», a regretté le porte-parole de la famille de Rinaldi Abaga.

Si les parents du jeune disparu disent faire confiance à la justice qui, selon eux, fait son travail, ils ne l’exhortent pas moins à «essayer de [leur] écourter l’attente», car, disent-ils, «c’est l’image de notre pays le Gabon qui est fortement touchée». Aussi, informent-ils qu’ils sont «plus que jamais déterminés à retrouver Rinaldi, et ne [ménageront] aucun effort, aucune piste, aucune pratique pour arriver au terme de cette affaire».

La famille du garçonnet disparu annonce qu’elle se constituera partie civile auprès des institutions judiciaires internationales «s’il n’y a pas de réaction dans les plus brefs délais» de la part des autorités judiciaires gabonaises.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW