Face à la baisse considérable de la production d’eau estimée à 3.0000m3/jour, occasionnée par la saison sèche, la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a mis à exécution depuis le 26 juillet un plan de distribution d’eau dans les ménages.

Les agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon distribuant de l’eau aux populations, Libreville le 26 août 2017. © D.R.

 

Annoncé depuis le mois de juillet par le directeur général Antoine Boo, le plan de distribution d’eau à domicile instauré par la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a débuté le 28 juillet.

L’opération adoptée par la SEEG comme solution palliative à la baisse de la production d’eau occasionnée par la période d’étiage, consiste à distribuer gratuitement de l’eau grâce aux camions citernes dans les domiciles.

A cet effet, plus de 10.000 litres d’eau ont été distribués gratuitement aux habitants des zones en situation de stress hydrique, notamment les quartiers autour de la Fondation Amissa, CES Avorbam et Cap Caravane, dans la partie nord de Libreville. L’action s’étendra dans plusieurs autres quartiers des communes de Libreville et Akanda.

Si l’idée de la SEEG ne constitue pas une panacée au problème d’eau auquel sont confrontées les populations, elle devrait tant bien que mal apporter un soulagement à plusieurs familles, d’autant que certaines en sont parfois privées depuis des semaines jours.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

7 Commentaire

  1. Airborne dit :

    SEEG je crois qu’avec cette maniere de faire nous immergeons ou nous emmergeons. Avec tout les cours d’eau de Libreville (Kinguelé, Tchimbelé) vous dites que ces chutes non plus d’eau? vraiment vous enfoncés de plus en plus la politique de BOA celui du vivre ensemble, pendant que le gabonais lamda n’a pas d’eau en lui distribuant de l’eau dans des seaux, les emmergents ont l’eau dans la sabliere, batterie IV, Damas, akanda ont de l’eau dans les robinets et se la coule douce. Au lieu d’avancé, nous reculons.

  2. Alain christian dit :

    C’est la baisse de production d’eau ou la baisse de volonté de faire parvenir l’eau à tous les foyers. Sinon, ma question: ou trouve-t’on le surplus d’eau que l’on fait acheminer dans les camions? Si ces zones sont pourvues en intallations et équipements du reseau de distribution d’eau, pourquoi ne pas alterner la distribution entre les zones? cela éviterait certainement aux autres cette tracasserie de venir faire la queue avec des récipeints aux abords des rues, une image qui s’apparente à une scène de distributions de vivres dans les camps de refugiés. Tout de même!
    C’est juste pour chercher à comprendre et aider.

  3. mongauzy dit :

    Le ministre est là, dorénavant zero inquietude ça va aller

  4. moadzang dit :

    erwan faut payer camion et faire la livraison, ya encore du biz la oooh

  5. BBTG dit :

    On peut se demander si les dirigeants de la SEEG et ceux du pays en charge du département des ressources hydrauliques savent c’est quoi gérer. Car, depuis des années la SEEG évoque les mêmes raisons souvent durant les mêmes périodes correspondants aux vacances: baisse du niveau de ceci, baisse du niveau de cela, incapacité à …et j’en passe.

    Pourquoi n’investissent-ils pas plutôt dans d’autres cuves de stockage afin de réaliser des réserves en période de haut niveau d’eau pour anticiper sur ces difficultés?

    Quels sont ces pseudos-gestionnaires qui ne savent pas faire des prévisions en connaissance de la réalité? Faut-il qu’on fasse revenir Joseph du fond de son tombeau pour qu’il nous fasse des prévisions et des provisions conséquentes comme il le fit pour l’Egypte en son temps?

    Y a juste derrière tout cela une volonté d’asservissement? Aujourd’hui c’est la SEEG elle-même, tout récemment encore c’était le génie militaire qui faisait le tour en camion citerne. De qui se moque-t-on dans cette pièce de théâtre qu’est le Gabon?

  6. gtab dit :

    allé romaric apelle le bofrere faut bouffer du camion citerne

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW