Le ministre des Sports, Alain-Claude Bilie-By-Nze, et l’Administrateur-directeur général de Gabon Oil Company, Patrichi Christian Tanasa, ont signé, le 8 février 2018 à Libreville, une convention de financement du championnat national de football. Le national Foot devient ainsi «Gabon Oil National Foot».

Alain-Claude Bilie-By-Nze et Patrichi Christian Tanasa signant la convention de financement des championnats de football et de l’OGSSU, le 8 février 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Gabon Oil Company vient à la rescousse du ministère des Sports avec la signature d’une Convention de financement signée entre les deux parties. Le contrat de sponsoring signé le 8 février 2019 permettra à la compagnie nationale des Hydrocarbures, Gabon Oil Company, de financer le démarrage des championnats nationaux de football, maintes fois reportés faute de financements, mais aussi d’exhumer le championnat scolaires et universitaires (OGSSU), interrompu depuis plus de 5 ans.

Le sponsoring de Gabon Oil Company marque-t-il le retour des entreprises dans le financement du sport ? Le ministre des Sports en est convaincu. «L’acte que nous avons posé aujourd’hui est un acte historique parce qu’il consacre une nouvelle dynamique qui induit une nouvelle vision du sport, avec le retour de l’entreprise dans le financement du Sport», s’est réjoui le ministre des Sports, Alain-Claude Bilie-By-Nze.

«La société nationale des Hydrocarbures participe à d’autres et grandes compétitions, à d’autres grands événements sportifs que le pays organise. Il était de notre responsabilité de pouvoir permettre que le championnat national commence. C’est une fierté de pouvoir vous accompagner. Par ailleurs, c’était un bon prétexte pour exhumer les jeux de l’OGSSU qui, pour nous, constituent un foyer excellent pour la détection et la formation», a déclaré l’administrateur directeur général de la Goc, Patrichi Christian Tanasa.

S’il est vrai que, comme l’a souligné Bilie-By-Nze, le sport d’élite a été privilégié pendant de longues années, il est désormais temps, selon les deux parties, de s’investir dans la détection et la formation. Raison pour laquelle, en plus des championnats de première et deuxième division, le partenariat porte également sur les sports scolaires et universitaires. Toutefois, pour que ce partenariat en appelle d’autres, il faudra de la rigueur dans le suivi-évaluation et la gestion de ce financement.

 
 

1 Commentaire

  1. LE REGARD LUCIDE dit :

    Vraiment ce pays souffre, voilà un autre cancre qui a eu la chance de passer de pousseur des chariots à la CNI ACAE à A-DG de GOC, incapable d’être à la cheville de son prédécesseur dans la gestion de la société, il fait du sport en complicité avec son petit frère à la communication de GOC, le moyen tout trouvé de bouffer silencieusement l’argent de GOC.
    très actifs à toutes les manifestations sportifs organisées à LBV, l’homme est tellement nulle, qu’il choisit la discrétion dans son bâtiment blanc. les seuls moments où il est dans son bureau c’est pour nommer les siens et ceux de l’AJEV aux postes de directeurs et hautes responsabilités à GOC et ses filiales.
    Incapable depuis un an de pondre un organigramme, il se dit dans les bureaux de GOC que la société fonctionne comme un foutoir où personne aujourd’hui ne connaît plus son poste.
    aucune rencontre avec les employés, aucune note sur le devenir de l’entreprise, ce type est simplement et symptomatiquement nul.
    Très futé et formé solidement au vol et aux mauvaises choses de l’AJEV, il n’a pas manqué de virer et mettre au placard dès sa prise de fonction tous les cadres de GOC et filiales que son prédécesseur avait nommé.
    Finalement, quel est l’objet social de GOC qui s’accroche à toutes les disciplines comme un caillou qui roule dans la boue?
    qui vivre verra.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW