Le gouvernement gabonais et la représentation nationale de la FAO ont appelé, jeudi, à l’occasion de la Journée internationale des forêts à susciter l’intérêt des plus jeunes dans la préservation des ressources forestières dont dispose le Gabon pour le bien de l’humanité.

Plusieurs élèves ont été invités, le 21 mars 2019, à la journée portes ouvertes du ministère des Forêts. © Gabonreview

 

Moments de la journée portes ouvertes au ministère des Forêts. © Gabonreview

Lancée deux jours plus tôt à l’École publique communale de Matoto dans le 1er arrondissement de Ntoum, la Journée internationale des forêts s’est poursuivie au ministère des Forêts, ce jeudi 21 mars, date officielle de la célébration de cette journée à travers le monde depuis 2012. Une journée portes ouvertes ainsi que des conférences-débats ont été organisées au sein de l’administration, en partenariat avec la représentation nationale de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Ni Guy-Bertrand Mapangou ni Hélder Muteia n’ont manqué l’occasion pour dire toute l’importance que revêt cette journée, tout en vantant le bien-fondé du thème choisi cette année : «Les forêts et l’éducation».

Le Représentant de la FAO au Gabon a expliqué que ce thème «a été choisi pour souligner l’importance d’apprendre aux enfants, en tant que futurs citoyens responsables, le rôle majeur que jouent les forêts, et de leur faire prendre conscience de la nécessité de les gérer durablement pour garantir le bien-être humain». Hélder Muteia a, en effet, rappelé que «les forêts permettent de conserver la qualité de l’air, des sols, de l’eau, et de maintenir les hommes en bonne santé». Aussi, a-t-il prévenu que les forêts seront particulièrement sollicitées les dix prochaines années, quand la population mondiale atteindra les 8,5 milliards d’individus.

Pour Hélder Muteia, l’éducation joue, de ce fait, «un rôle central» pour permettre au Gabon, qu’il dit fortement impliqué dans la préservation de la forêt la recouvrant à 85%, de parvenir à ses objectifs.  Le Représentant de la FAO au Gabon estime donc qu’il nécessaire de «permettre aux enfants de mesurer l’étendue des potentialités des forêts et de savoir comment les valoriser au niveau local, national et mondial».

Tout en vantant également le choix du thème de l’édition 2019 de la Journée internationale des forêts, Guy-Bertrand Mapangou a quant à lui expliqué qu’il s’agit d’«une démarche qui prépare et ouvre des compétences futures sur les différents métiers liés à la forêt». L’objectif étant, selon le ministre d’État aux Forêts, de «créer la pépinière de mobilisation du capital humain, qui poursuivrait à terme la mise en œuvre de la vision du président de la République […] de diversifier les sources de la croissance de l’économie et du développement durable».

Pour le membre du gouvernement, cette journée, dont la célébration se poursuivra jusqu’au vendredi 22 mars, avec une visite de sensibilisation des élèves à l’Arboretum Raponda Walker d’Akanda, «veut promouvoir l’éducation afin d’apprendre aux plus jeunes à aimer la forêt. Cela veut dire que l’éducation, à tous les niveaux, est fondamentale pour parvenir à une gestion durable des forêts et à la conservation de la biodiversité».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW