Résolue à lutter contre les fuites d’eau observées à Libreville et ses environs, la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a lancé, le 14 juin à Akanda, les activités de la Brigade Bleue. Composée de 7 équipes constituées de techniciens, la structure a pour mission de réparer de 200 fuites par jour.

Des éléments de la Brigade Blue sur le terrain, le 14 juin 2019, à Akanda. © Gabonreview

 

Déterminée à lutter efficacement contre le problème de fuites d’eau notées dans le “Grand Libreville” (Akanda, Libreville, Owendo), la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) déploie une escouade  dénommée Brigade Bleue. La structure a officiellement lancé ses activités le 14 juin à Akanda, avec la réparation d’une fuite sur un raccordement et un tuyau de 50 PVC d’une capacité 2 mètres cubes par heure.

Bien qu’elle existait déjà, la Brigade Blue a vu ses capacités opérationnelles renforcées par d’importants moyens financiers et humains. Selon le directeur général de la SEEG, «un financement de 500 millions de francs CFA a été consenti à cet effet, avec plusieurs outillages, motos et autres instruments et  appareils sophistiqués de détection des fuites dans la villes d’Akanda, Owendo et Libreville», a expliqué Bernard Gervais De Souza.

Outre ces moyens matériels, la Brigade bleue a également été renforcée de 7 équipes constituées de techniciens dont la mission sera de boucher près de 200 fuites par jour. Pour atteindre cet objectif, un numéro vert gratuit, le 8586, ainsi qu’un contact Whatsapp, le 06 01 60 47, ont été mis à la disposition des usagers leur permettant de signaler les fuites constatées.

Venu constater l’effectivité du lancement des activités de ladite brigade, le ministre de l’Énergie s’est réjoui de l’initiative. D’autant plus que cette action permettra, selon Emmanuel Tony Ondo Mba, «de fournir de l’eau de façon optimale à 200 ou 300 ménages gabonais».

 
 

1 Commentaire

  1. CITOYENGABOMA dit :

    Très bonne initiative. Mais à quand l’effectivité de l’eau potable dans la commune d’Akanda et ses environs?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW