Selon le maire du 5e arrondissement de Libreville, plus de 800 actes de naissance non transcrits ont été retrouvés dans les placards de l’administration dont il la charge. Une situation qui pourrait concerner d’autres mairies de la capitale.

Chadi Moukarim, maire du 5e arrondissement de Libreville, où plus de 800 actes de naissance sont en attente de transcription. © D.R.

 

C’est un héritage pour le moins curieux qu’ont légué les anciens maires du 5e arrondissement de Libreville à Chadi Moukarim : plus 800 actes de naissance non transcrits. «C’est-à-dire qu’ils n’avaient pas été traités», précise sur Facebook le jeune édile ayant pris ses fonctions à la tête de cette mairie à la suite de son élection en octobre 2018.

Si le maire refuse d’incriminer ses prédécesseurs, sur les réseaux sociaux, les internautes condamnent unanimement le «laxisme», la «paresse» et l’«irresponsabilité» des anciens conseillers municipaux de cette circonscription. Beaucoup demandent d’ailleurs que des sanctions soient prises à leur encontre. Mais pour l’équipe dirigeante actuelle, l’heure est plutôt à la recherche des solutions devant permettre de régulariser la situation de plusieurs centaines d’enfants privés de leur droit.

Aussi, Chadi Moukarim annonce à Gabonreview qu’un collectif s’est formé récemment, qui a lancé un appel à l’adresse des parents dont les enfants n’ont pas encore reçu leurs actes de naissance. Une réunion entre ces parents est supposée avoir lieu. Pour sa part, le maire dit avoir déjà saisi les autorités judiciaires sur la question. Plusieurs «instructions» lui ont été données, allant de la transcription de ces actes de naissance, à leur dépôt au tribunal, en passant par l’établissement des fiches descriptives desdits documents.

Selon l’édile, ses prédécesseurs devraient être contactés par le tribunal pour la signature des actes transcrits.

   La faute à l’absence de décentralisation ?

Pour régulariser la situation administrative des 800 enfants, le maire du 5e arrondissement sait qu’il a beaucoup à faire et dans un laps de temps précis. «Cette affaire va nous coûter énormément d’énergie et de temps, mais nous ne pouvons pas aller au-dessus de la loi, sinon ces actes seront frappés de nullité», écrit-il sur Facebook.

«Depuis que nous sommes à la tête de la mairie du 5e, aucune transcription d’acte de naissance n’a traîné, assure Chadi Moukarim. Je mets la pression sur mes équipes pour qu’elles puissent permettre aux parents de récupérer les documents de leurs enfants au bout de 30 jours au moins, en dépit des complications auxquelles elles font face. Je vais d’ailleurs devoir leur mettre encore plus de pression pour qu’on parvienne à transmettre dans les meilleurs délais les 800 actes transcrits au tribunal.»

Refusant de blâmer les anciens maires, l’édile pense que cette situation est due à l’absence de décentralisation. Pourtant, il dit avoir bon espoir que celle-ci soit en passe de se matérialiser. «Certains disent ne plus y croire parce qu’on parle de décentralisation depuis plusieurs années. Il faut pourtant rappeler que ces dernières années et récemment encore, le président de la République a donné des orientations précises pour que ça se fasse», indique-t-il.

Pour le jeune maire, la décentralisation permettrait de corriger certains manquements dans la gestion des localités, notamment pour le choix des agents municipaux. «Plusieurs de nos collaborateurs ne sont pas forcément nos proches ni ceux avec lesquels nous avons souhaité travailler. Nous ne contrôlons pas les recrutements. Nous avons juste un petit cabinet. Alors qu’il y a des gens qui sont ici depuis longtemps».

 
 

3 Commentaires

  1. Martine dit :

    “Si le maire refuse d’incriminer ses prédécesseurs, sur les réseaux sociaux…”, ou des sites comme gabonreview… Mr le maire Chadi Moukarim, dès l’instant où vous en faites allusion dans les réseaux sociaux ou médias d’infos comme gabonreview, c’est que vous reprochez quand même quelque chose à vos prédécesseurs. Alors ne dites surtout pas que vous n’avez pas voulu les humilier en évoquant ce sujet. Car le simple fait d’en parler, de l’écrire, c’est déjà quelques part humilier vos prédécesseurs.

    Un conseil: soyez extrêmement sérieux dans votre travail, parce qu’ils ne vous rateront pas non plus au moindre faux pas de votre part. A bon entendeur (lecteur) SALUT !!!

  2. JAMES DE MAKOKOU dit :

    Mon, Dieu nous avons des maires Blanc et Libanais.. superbe mondialisation dans ce pays.. ou les Autochtones sont pour la majorité dans la misere.. un pays qui voit encore l’etranger comme meilleur gerant de nos biens public …
    DOMMAGES en esperant que la genération a venir va comprendre que pour construire notre pays, c’est pas les etrangers les meilleurs pour y arrivée, car ils ont 2 pays et souvent le pays d’origine est plus important.. on peu bien être né sur notre sol.. et sur notre sol avoir reçue une education de son pays d’origine.. donc cela ne change en rien.. je prends exemple sur les chinois de je vois ici en Californie et pourtant sont des Americains sur papiers et avec cette double cultture mais ils vont vous dire que nous avont des familles en chine et y vont tous le temps et investissent mieux labas qu’USA.. des exemples il y a plein..le malien ne vend jamais un commerce a un Gabonais mais il va le vendre a son frere Malien et c’est ainsi les senegalais-beninois-togolais..Alors ces actes de naissances sont probablement celles des enfants des etrangers, et quoi de bien que ce soit en Gabonais de second zone d’en parler?
    Laissons le legaliser ses compatriotes nés sur le sol Gabonais..
    Pour moi quoi?

  3. le nouveau dit :

    Quelle misère que ces commentaires
    S’il est compétent, bravo à Mr Moukarim pour son élection
    et meme s’il n’ est pas polémique , on compte sur lui pour mieux gérer
    la Mairie sans quoi il sera sanctionné lors des prochaines élections.
    peu importe la couleur, la compétence reste mon critère d’ appréciation
    Je sais que ce n’ est pas le lot des clientélistes , tribalistes et autres
    on évoluera sans eux

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW