Réclamant leur intégration à la Fonction publique après 10 ans de stage, les enseignants du lycée évangélique Luc-Bekale-Sala ont déclenché un mouvement d’humeur, le 28 mars à Libreville.

Entrée principale du Lycée évangélique Luc Bekale-Sala. © L’Union

 

Les enseignants stagiaires du lycée évangélique Luc Bekale-Sala (ancien lycée évangélique d’Akébé) à Libreville ont laissé éclater leur colère le 28 mars. Se plaignant d’un «traitement inhumain» depuis plusieurs années, les stagiaires exigent leur intégration à la Fonction publique.

«Nous sommes des enseignants recrutés par le lycée évangélique il y a près de 10 ans. Nous sommes exploités. Nous réclamons purement et simplement l’intégration de tous les stagiaires travaillant sans salaires, présalaires, caisse de soutien…», a déclaré un enseignant. «Nous ne savons pas exactement à quel niveau d’avancement se situent nos dossiers. Des revendications ont été faites, mais pas de cette envergure, car nous sommes fatigués des promesses», a ajouté Duphy Minto’o, relayé par Gabon 1ere.

Les grévistes disent avoir déclenché leur mouvement face à l’inaction des autorités administratives. Ce que celles-ci démentent fermement. «Le ministère de l’Éducation nationale a fait état de ce que cette catégorie d’agents n’a pas encore été prise en compte et qu’il fallait les recenser», a indiqué le directeur général de l’enseignement privé protestant. «Avec le secrétaire général, j’ai donc pris la décision de réaliser ce recensement dans tous nos établissements secondaires pour la prise en compte progressive de leur situation», a affirmé Jean Faustin Mvone-Mba. Dans tous les cas, les grévistes ont promis continuer leur mouvement jusqu’à satisfaction totale de leurs revendications. Les élèves et leurs parents apprécieront.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW