Évoqué depuis plusieurs mois, l’accord entre Veolia et l’État gabonais sur le rachat des parts de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a été concrétisé. Le Gabon est redevenu propriétaire de la SEEG en rachetant les 51% des parts de la multinationale française dans la société.

L’Etat gabonais est désormais l’unique actionnaire de la SEEG après le rachat des parts de Veolia. © Gabonreview

 

Le contentieux opposant l’État et Veolia depuis février 2018, vient de trouver une issue favorable. Dans l’air du temps depuis plusieurs mois, l’accord entre la multinationale française et l’État gabonais sur le rachat des parts de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a été entériné.

Dans sa livraison du 19 février, le journal L’Union rapporte que les deux parties ont acté le week-end écoulé, «un protocole transactionnel qui prévoit le transfert de 51% des actions de la SEEG détenues par Veolia Africa à la Société de patrimoine du service public  de l’eau potable, de l’énergie électrique et de l’assainissement».

En d’autres, la SEEG revient dans le giron national 22 ans après sa privation en 1997. Rien n’a cependant filtré sur le montant de ce protocole transactionnel. L’on imagine cependant que l’État gabonais a déboursé dans cette transaction au moins 45 millions d’euros (plus de 29,5 milliards de francs CFA), montant estimé des 51% des participations de Veolia dans la SEEG.

Par ailleurs, les deux parties ont décidé de renoncer réciproquement à toute action judiciaire liée aux conditions de résiliation brutale de la concession. «Notamment, elles retirent l’arbitrage actuellement pendant devant le Centre international pour le règlement des différents relatifs aux investissements (Cirdi)», a révélé le quotidien L’Union.

Cette issue devrait par ailleurs rassurer le Syndicat des personnels du secteur eau et électricité du Gabon (Sypeg). Le 18 février, le syndicat a regretté la «confusion» créée par le «manque de communication» du gouvernement dans ce dossier, alors que la période de réquisition de la SEEG a officiellement expiré le 16 février 2019.

L’État avait saisi la SEEG le 16 février 2018, la plaçant provisoirement sous son contrôle en attendant un nouveau repreneur. Veolia avait annoncé son intention de contester cette action imprévue et unilatérale en justice. De son côté, le gouvernement gabonais a accusé également l’entreprise française de «pollution sur son sol». Des «accusations infondées», s’était défendue Veolia. Tout est bien qui finit bien.

 
 

4 Commentaires

  1. Jomi dit :

    je vends à combien et je rachète à combien.
    Gabon bon gagnant et bon perdant. La vie continue

  2. Paul Bismuth dit :

    “Tout est bien qui finit bien ” ?! Peut-être pour les deux parties. Parce que du côté des gabonais, on attend toujours que l’eau (de la seeg) inonde les foyers et la fin des coupures d’électricité intempestives. Ce dossier a vraiment été géré comme un amateur par l’État. Je ne peux pas compendre qu’on soit sorti de 20 ans de mauvaise gestion par Veolia du service public dont nous parlons (le gouvernement l’admet) et que l’État ait reconduit le contrat pour 5 autres années. Avec une gestion prudente et intelligente on aurait pu économiser de précieux milliards par ces temps de crise. Je ne sais pas trop ce qu’il s’est vraiment passé entre ces deux protagonistes, mais je puis vous promettre que ni l’un ni l’autre ne recherchait l’intérêt des gabonais.

  3. Desiré dit :

    L état s en sort même très bien car le prix du rachat des 51% est en deçà de la dette accumulée ces 4 dernières années. Veolia a sans doute compris que le Gabon n’a plus d’ argent et qu il valait mieux tenir un peu que courir . Mais c est à se demander si c est une bonne nouvelle pour nous . Ce pays est en faillite.

  4. meba dit :

    lol on va enfin pouvoir voler en toute quiétude

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW