L’Université Omar Bongo (UOB) abrite du jusqu’au 30 mai, les 2e jeux universitaires dont les joutes ont démarré le 20 mai. Plusieurs activités sont au programme de ce rendez-vous, qui regroupe les étudiants de 21 établissements privés et publics.

Les porte-étendards lors du lancement des jeux universitaires, le 20 mai 2019 à Libreville. © Gabonreview

 

Après une dizaine d’années de léthargie, la 2e édition des jeux universitaires nationaux a été lancée, le 20 mai à Libreville, à l’Université Omar Bongo (UOB). Jusqu’au 30 mai prochain, les étudiants de 21 établissements privés et publics vont rivaliser de talents lors de ce grand rendez-vous, facteur de cohésion sociale.

© Gabonreview

Initié par l’agence DK Communication, en partenariat avec la mutuelle étudiante de l’UOB, ces jeux prévoient plusieurs activités parmi lesquelles des tournois sportifs (football, basketball, volleyball, taekwondo, tennis de table), jeux de société (Songo, scrabble, échecs, dames),  de l’athlétisme, une foire des entreprises, une foire pour les enfants. Une conférence-débat sur la question du sport en milieu universitaire est également au programme.

«De ce jour et de ce lieu, va dater forcément une ère nouvelle dans l’histoire des universités du Gabon», a affirmé le ministre de  l’Enseignement supérieur. «Ces 2e jeux me paraissent marquer une étape particulièrement nouvelle et enrichissante de l’activité de l’université. C’est rassuré que l’université emprunte de plus en plus la bonne voie, que je voudrais adresser aux sportifs et encadreurs, la pleine réussite de ces jeux», a déclaré Jean de Dieu Moukagni-Iwangou.

Le recteur de l’UOB, pour sa part, a salué l’importance et la singularité de cet événement qui tiennent au fait qu’il s’agit de jeux nationaux spécifiquement universitaires, «dont la conception entièrement révisée, correspond, enfin, à un découplage définitif d’avec les jeux scolaires dans le cadre jusque-là traditionnel de l’Ogssu (Office gabonais des sports scolaire et universitaire, ndlr)». Marc Ropivia a par ailleurs loué «la persévérance et la capacité de résilience des organisateurs du grand événement sportif auquel nous assistons aujourd’hui, alors que nous avions cessé d’y croire».

Selon les organisateurs, ces jeux universitaires rénovés répondent à plusieurs exigences. Il s’agit notamment de relancer la pratique générale du sport universitaire de masse ; inscrire désormais cette pratique dans une tradition d’organisation d’une compétition interuniversitaire annuelle ; permettre aux équipes universitaires des différentes disciplines sportives de participer aux championnats nationaux organisés par les différentes fédérations ; doter les universités et grandes écoles d’infrastructures et équipements de haut niveau.

 
 

2 Commentaires

  1. TONDA MAMBENDA dit :

    On ne peut que saluer et applaudir et voir ce qui va se passer dans trois ou quatre ans. L’Université est le centre de grandes performances sportives. Dans les années 70 et début 80, les équipes universitaires et scolaires au Gabon étaient les meilleurs (Okoumé FC, Ndzimba) et ce, dans toutes les disciplines. Mais des décisions mal pensées ont fini par détruire ce beau vivier. Partout dans le monde, c’est à L’université que l’on a le meilleur Athlète, le meilleur boxeur etc… Je rappelle que c’est sur le stade de l’UOB un mois de juillet 1981 que l’Entraîneur de l’Equipe Nationale Edouard EROUMBENGANI, préparant le National AZINGO pour les jeux d’Afrique centrale en Angola, découvrit un certain Michel MINKO qui depuis cette date ne quittera plus l’attaque de l’Equipe Nationale. Il ne jouait que des big match avec ses amis de Plaine-Orety. Bravo aux organisateurs trouvez nous de nouveaux Sossa, Mickala, Tapoyo, Ndong Ballon, Tchibinda….

  2. moundounga dit :

    Bjr. pour rappeler au passage que la finale de foot de ce grand rassemblement en 1987 opposait la FDSE de l’UOB au LTNOB. Finale remportée au tirs au but par le 2eme cité. le dernier pénalty libérateur exécuté par votre serviteur qui plus tard intègrera les rangs du LOCOMOTIVE FC équipé du championnat national du Gabon parrainé par la société des chemins de fer du Gabon (OCTRA)avec le français NAGY comme coach. Le FESTUS était le nom de l’époque. AAh le Gabon!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW