Daniel Cousin a convoqué Pierre-Emerick Aubameyang pour le match ultime des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019, face au Burundi, le 23 mars à Bujumbura. Une rencontre dont la présence de l’attaquant n’est toujours pas garantie jusqu’ici.

Pierre-Emerick Aubameyang, au Stade de l’Amitié à Libreville, en janvier 2017. © Christian Liewig/ABACAPRESS.COM

 

Le sélectionneur national vient de révéler la liste des 23 joueurs retenus pour affronter le Burundi, le 23 mars à Bujumbura, pour l’ultime journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019. Pour ce match couperet, Daniel Cousin a logiquement convoqué le fer-de-lance de l’attaque des Panthères du Gabon : Pierre-Emerick Aubameyang.

Problème, l’attaquant est fâché avec la sélection nationale. Il n’a d’ailleurs pas honoré les deux dernières convocations de Daniel Cousin, pour la rencontre face au Soudan du Sud, le 16 octobre à Juba et contre le Mali, le 17 novembre à Libreville. La raison est connue de tous : Pierre-Emerick Aubameyang dénonce l’«amateurisme» et le «manque de professionnalisme» des dirigeants du football gabonais.

Le joueur a été très strict sur le sujet : «Si les choses ne changent pas, je ne vois pas l’intérêt de retourner en sélection», a déclaré Pierre-Emerick Aubameyang. L’attaquant d’Arsenal (D1 anglaise) pense même à prendre sa retraite internationale. Conscient de ces conditions et intentions, Daniel Cousin a tout de même convoqué le joueur.

Sur quoi compte le sélectionneur pour espérer un retour en sélection de l’attaquant ? Les deux hommes se sont-ils préalablement entretenus, afin d’aplanir les points de divergence ? Ou alors, Daniel Cousin compte-t-il sur la fibre patriotique d’Aubameyang pour son retour ?

Autant de questions auxquelles le sélectionneur a répondu laconiquement, évoquant simplement «un plan B» en cas d’absence d’Aubameyang. Tout est clair. Toutefois, rien n’indique que la présence du joueur garantira la qualification des Panthères. Dans cette optique, beaucoup souhaitent que Daniel Cousin ne se rabaisse pas à «supplier» Pierre-Emerick Aubameyang ou «succomber» à ses caprices. En gros, nul n’est irremplaçable. Certes, mais le Gabon maximiserait ses chances de qualification en ayant toutes ses armes à disposition face au Burundi, où seule la victoire l’enverra à la Can 2019.

D’autant qu’Aubameyang a retrouvé le chemin des filets avec Arsenal, après plusieurs matchs de disette. Un regain de forme qui pourrait être bénéfique à la sélection nationale. Un véritable dilemme dont Daniel Cousin se serait bien passé.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW