Au nom de la «solidarité», le pays pourrait bientôt faire adopter une loi visant à prélever de 5 à 15% du salaire des agents les mieux payés de l’administration publique.

Au Gabon, les fonctionnaires payés à partir de 650 000 francs seront bientôt soumis à la CSHR. © Gabonreview/Shutterstock

 

Au Gabon, face à la crise, l’État s’apprête à imposer la solidarité à ses agents. Vendredi, la ministre de la Fonction publique a, en effet, réussi à convaincre le Conseil des ministres d’entériner le projet de loi instituant la Contribution de solidarité sur les hauts revenus (CSHR). Une sorte d’impôt sur le revenu censé remplacer la mesure de réduction des salaires dans l’administration publique annoncée en juillet 2018. À l’époque, cette annonce entrant dans le cadre des mesures dites d’austérité prévues par le gouvernement avait suscité une levée de boucliers des organisations syndicales regroupées au sein de la confédération Dynamique unitaire.

En attendant son adoption par le Parlement, le Conseil des ministres annonce que la CSHR sera prélevée mensuellement sur le salaire brut des fonctionnaires touchant à partir de 650 000 francs CFA. Concrètement, les salaires allant de 650 000 à 1,5 million de francs CFA seront prélevés de 5%. Pour les salaires allant de plus de 1,5 million à 2 millions, le taux de prélèvement sera de 10%. Quant aux salaires de plus de 2 millions de francs, le taux de prélèvement sera de 15%.

Ce «prélèvement obligatoire» devrait toucher 28% des 105 851 agents publics répertoriés lors du dernier recensement en juillet 2018. Si la «solidarité» des fonctionnaires est mise en avant, la CSHR vise en réalité à réduire la masse salariale estimée à 709,8 milliards de francs CFA en 2017.

 
 

7 Commentaires

  1. Eternité dit :

    Etre Pédégiste, c’est vraiment avoir des idées pour “voler” de l’argent aux gabonais…
    Cette mesures sera appliquée aux fonctionnaires, mais qu’en sera t’il des fonctionnaires de la présidence ? des députés et sénateurs, des directeurs des entreprises publics et para-publics?
    Vous tapez toujours sur les plus faibles…MAIS VOUS VOUS OUBLIEZ

  2. ombouwoutou dit :

    Et les salaires allant de 15 millions à 200 millions un prélèvement de 50 pour cent en commençant par le président de la république et son ami Kani par ailleurs chef vaudou du Benin et représentant personnel AU GABON.

  3. ENDUNDU dit :

    Voilà une arnaque qu’on ressurgit.l’usap,DU,Conasysed, tous les syndicats publics, levez vous déjà. Le pays sombre davantage.

  4. JACK dit :

    je suis tellement remonté contre ces afficionados, qui sont a la tête du Gabon, que j’appel a tous les Patriotes d’arreter de boire la bierre pendant un mois, et devenir un peu lucide.. car je ne me reconnais plus d’etre de ce pays.. QUELLE HONTE..mon Dieu.. eet maintenant c’est des menaces de prison a toute personnes qui réclame la verité ..mais ou va-t-on sincerement?
    Reveillons nous et allons tous en prison si c’est ce que ces Usurpateurs veulent faire de nous ?
    Je suis sincerement remonté non seulement au regard de ce font les etrangers dans notre pays.. Il n’y a que chez nous pour que cela arrive..
    Ailleurs et dans n’importe quel pays c’est pas possible.

    Enfin ..toutes choses a une fin

  5. Paul Bismuth dit :

    On cherche de l’argent partout, sauf là où il se trouve. J’attends toujours que la justice s’interesse un peu à l’affaire des 18% des recettes pétrolières captées par la famille Bongo.

  6. ENDUNDU dit :

    Et dans tout ça, quelles seront les mesures d’accompagnement? Vu que les prix flambent au jour le jour. Quel pays?

  7. moundounga dit :

    Bjr. Madame la ministre vous proposez la CSHR ok. Mais avez vous pensez au jour ou vous ne serez plus à la fonction publique, ou avez vous pensez au jour ou a cause de votre décision le pays devienne en feu? Conseil de petit frère c’est comme se faire arraché une dent, il faut toujours un traitement car cela fait très mal. ET VOUS QUE PROPOSEZ VOUS COMMME REMEDE FACE A LA CSHR? Merci et Dieu nous bénisse.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW