Le ministre gabonais du Pétrole sera, début avril, au 7è congrès (CAP VII) de l’Organisation des producteurs de pétrole africains (OPPA) qui se tiendra à Malabo, en Guinée équatoriale. Il interviendra à ce grand meeting où le rôle des entreprises et organisations du secteur pétrolier et gazier en Afrique sera débattu pour une propriété de l’industrie pétrolière continentale.

Pascal Houangni Ambouroué, ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures. © D.R.

 

Pascal Houangni Ambouroué, ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures du Gabon, est annoncé en Guinée équatoriale où l’Organisation des producteurs de pétrole africains (OPPA) tiendra son 7ème congrès du 2 au 5 avril à Malabo.

Si Pascal Houangni Ambouroué figure parmi les intervenants programmés, rien n’a cependant filtré concernant la teneur de sa communication. On peut à juste titre penser que la promotion du Gabon sera au centre de son exposé et qu’il présentera les stratégies de développement du secteur placé sous sa supervision. Contextuellement, le Gabon est en passe de promulguer un nouveau Code des hydrocarbures dont les innovations «visent à attirer davantage d’opérateurs internationaux et garantir l’activité économique au niveau national», selon le mot de Bernardin Mve Assoumou, directeur général des Hydrocarbures. La communication du ministre gabonais sera alors bien à propos, les travaux de Malabo devant porter sur les réformes politiques, mais aussi sur l’influence de l’Afrique sur la géopolitique de l’énergie et le renforcement de la coopération entre les pays africains. C’est sans doute sur cette base que le thème du meeting est «Vers une prospérité partagée dans l’industrie pétrolière africaine».

Présenté comme le plus grand rassemblement africain dans le secteur de l’énergie, ce congrès et exposition dénommé APPO CAPE VII devrait recevoir plus de 50 ministères africains du pétrole. On y annonce également des sociétés pétrolières nationales et des sociétés privées devant y exposer ou y être présents en tant que sponsors. Des dirigeants de grands groupes pétroliers ou leurs représentants pour l’Afrique seront de la partie, notamment ceux de Total, Shell, Kosmos Energy, Trident ou Tullow Oil.

 «Le CAPE s’apparente aux Jeux olympiques des hydrocarbures africains. C’est un point de ralliement mondial», déclarait, en janvier dernier, Mahaman Laouan Gaya, secrétaire général de l’OPPA, qui soulignait également que «l’Afrique a besoin d’unité et de synergies dans tous les secteurs de son économie pour stimuler la croissance».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW