Gabon oil compagny (Goc) et ses filiales auraient perdu un peu plus de 85 milliards de francs CFA en 2 ans. Sous le magistère de Patrichi Christian Tanasa, cet argent aurait servi aux décaissements douteux, au financement opaque d’associations ou d’activistes aux sociétés de sous-traitance.

Plus de 85 milliards se seraient envolés à la Goc sous le magistère de Patrichi Tanasa. © D.R.

 

Créée par décret le 24 août 2011, Gabon oil compagny (Goc), deuxième compagnie nationale pétrolière de l’histoire du Gabon, aurait, avec ses filiales, perdu plus de 85 milliards de francs CFA ces deux dernières années. Selon les informations de L’Union, cet argent se serait évaporé via des décaissements douteux, le financement opaque d’associations ou d’activistes et la sous-traitance à fric. Une gabegie financière qui a eu cours sous le magistère de Patrichi Christian Tanasa, et qui serait à l’origine des tensions financières que connaît la Goc actuellement. Dotée d’un budget annuel de 300 milliards de francs CFA par an, elle serait déficitaire en fin d’activité, précise le quotidien.

© D.R.

Concrètement, la Goc aurait dépensé pour ses filiales Gabon oil marketing (GOM) 43 milliards de francs CFA de façon injustifiée, 25 milliards sans plan d’utilisation pour Gabon engeeniring et construction (Gec), Gab’Oil et Gabon logistique service (GLS). 6,7 milliards en chèques pour des personnes physiques sans justificatifs, 900 millions de biens non actifs dans le patrimoine de l’entreprise dont un véhicule d’une valeur de 156 millions de francs et deux parcelles cadastrées d’un coût total de 722 millions au profit des membres de la direction de la Gom.

Patrichi Christian Tanasa aurait, après son limogeage de la Goc, effectué un décaissement pour l’achat de 16 pick-up et le règlement de 2 milliards pour Dupont consulting company dont Gregory Laccruche et Tony Ondo Mba seraient administrateurs. Soit, l’une des sociétés appartenant au système de sociétés avec lesquelles il était lié via des proches «en totale violation de l’orthodoxie en termes de gestion de société publique». Il leur offrait des marchés «surfacturés» qui captaient le budget de la Goc et ses filiales. Ladite entreprise qui porterait le nom (Dupont), de l’ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo, Brice Laccruche Alihanga, serait d’ailleurs en charge de la gestion comptable de la Goc. Une aberration dévoilée par les enquêtes en cours qui révèlent également que dans le cadre de ce système de sociétés dont Patrichi Tanasa était l’intermédiaire, la société Natray consulting a mené une mission d’audit à coût de plusieurs millions de francs CFA auprès de la Goc. Ladite société appartient au Béninois Gérard Fanou qui aurait aussi réalisé des prestations de conseil à la présidence de la République et à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS).

«Les relevés des comptes de la Goc montreraient une activité importante des associations», souligne L’Union qui relève que la Gom a dépensé 3,8 milliards de francs pour le financement ces 2 dernières années, des associations avec des justificatifs douteux. Patrichi Tanasa aurait financé certains activistes comme Lanlaire à travers «différents émissaires grassement payés». On cite parmi eux, Juste Loangou le président des Sociaux démocrates gabonais (SDG), Ismaël Borobo, un député du Parti démocratique gabonais (PDG), ainsi que Gaël Koumba Ayoune dit le “Général des mapanes“. Autant d’éléments qui incrimineraient l’ex-ADG de la Goc interpellé à la Direction générale des recherches (DGR) dans le cadre des enquêtes ouvertes pour soupçons de corruption et de blanchiment de grande envergure impliquant des agents publics et sociétés privées.

 
 

10 Commentaires

  1. Shox dit :

    MINCE ALORS, DONC LE PETROL DE MON PAYS SERT À ÇA ! COUILLONS ! QUEL NON SENS !! MAIS LA PRISON N’EST PAS À LA HAUTEUR D’UNE TELLE MALVEILLANCE SUR L’ESSORT DE TOUTE UNE NATION !!!!

  2. Bangos dit :

    Pauvre Gabon, des générations de braquer, des décennies de pillage, 2 millions d’habitants et on crève la dalle. Le diable c’est certainement établie, il y réside en permanence.Il est temps de changer de prière pour le chasser.

  3. Mezzah dit :

    Je reste sans voix !
    Et BLA est toujours à cette heure précise ministre? Quid des députés impliqués et des autres ministres toujours en poste?

  4. moundounga dit :

    Bjr. Qui faut il condamner ici? Soyons un temps soit peu franc avec nous mêmes. Depuis près de 50 ans c’est le même mode opératoire. A la différence notable que comme le soulignais un haut dignitaire du pays il y à quelques années il y une différence entre la pelle et la tractopelle. Qui faut il condamner je le répète, moi qui pose la question ou ceux là qui place ces chauve-souris avide non pas de sang mais d’argent du contribuable ? les textes sont claires qui a volé va en prison. Amen.

  5. Gayo dit :

    Roboam Ali Bongo alias 600M rejeta la sagesse des anciens et prefere écouter la folie des jeunes loups aux dents assérés appellés Or Jaune. Le prophète Eyeghe Ndong avait aussi annoncé la perte du pouvoir pour le PDG. Wait and see.

  6. Gayo dit :

    Je ne crois pas ce système de captation ait été créé par mon collègue. Soit il a trouvé que les choses étaient ainsi et n’a rien changé aux pratiques du système Bongo-Pdg, soit Alihanga lui a dit que c’est comme ça que les choses se passent.

  7. Gayo dit :

    Ce mélange de genre affairisme et gestion de services publiques existent depuis toujours. Ça enrichit le père Omar et Bien d’autres et donné à Ali ses 600 milliards. Le détournements à travers la sous-traitance ce n’est pas seulement dans les entreprises. C’est aussi dans les directions et ministères: furniture de bureau, tenu du 17 août, service traiteur, sont souvent assurés par la famille ou les proches du directeur à 10 fois le prix normal. Puisque le choix des prestataire est opaque, ne repose sur aucun critère objectif et n’interdit le conflit d’intérêts. Les sociétés de Alihanga ont soutraité avec BGFI puis la C2N2I quand il en était le directeur. La C2N2I n’a pas tenu aux pratiques du vampire Alihanga partout où il passe. Ils oubliant de nous dire que Tanasa a aussi financé la campagne des candidats pdg.

  8. Serge Makaya dit :

    Le SILENCE de LANLAIRE me fait RIRE. Lui qui aime tant faire des livres. Pitié ! A Ntare Nzame ! Pauvre PD !!!

  9. Serge Makaya dit :

    Ce n’est pourtant rien en comparaison aux milliards détournés par la famille Bongo en plus de 50 ans de règne avec le soutien de la France. A Ntare Nzame !!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW