Quatre mois après le dépôt de sa plainte contre le groupe BGFIBank pour « faux et usage de faux en écriture, abus de confiance, opération de paiement non autorisée sur compte séquestre», Alfred Bongo attend toujours la réaction de justice.

La BGFI Bank attaquée en justice pour «faux et usage de faux en écriture, abus de confiance, opération de paiement non autorisée sur compte séquestre… ». © D.R

 

En octobre 2018, Alfred Bongo, notaire et fils d’Omar Bongo, a déposé une plainte contre BGFIBank après la «disparition» de près de 1,5 milliard de francs CFA du compte de son étude notariale. De quoi il en retourne concrètement ?  Selon Jeune Afrique, l’affaire débute le 16 mars 2015, lorsque le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) vire cette somme au notaire, au titre de sa participation au capital de Tropical Holding. Il s’agit d’une société en cours de constitution dans le cadre d’un partenariat Public-privé (PPP), entre la République gabonaise représentée par le FGIS et le mauricien Ireland Blyth Limited (IBL). Cette participation était fixée à 600 millions de francs CFA. Or, la BGFI Bank a reçu 1,5 milliard de francs CFA, soit près de 900 millions en plus.

Constatant cette «erreur», Alfred Bongo ordonna à la BGFIBank la restitution du trop-perçu au FGIS. Cette requête se heurtera à un refus de la banque pour «insuffisance de provisions». Face à cet imbroglio, le FGIS saisit la police judiciaire devant laquelle le notaire se dédouane en s’appuyant sur ses extraits de compte. La banque, en revanche, dans sa défense ne fournira aucune explication, ni de pièces comptables justificatives.

Ce qui conduira le fils du défunt président à saisir la justice à son tour, en déposant plainte contre la Banque gabonaise en octobre 2018. Alfred Bongo Ondimba attend que la justice puisse se saisir du dossier pour mieux comprendre le mystère qui entoure cette disparition et justifie l’indifférence de la BGFIBank.

Le contrat de PPP entre le Gabon et Ireland Blyth Limited (IBL) a été signé, le 7 février 2013, avec pour objectif la mise en place d’un Seafood Hub au Gabon pour le développement de la filière pêche. Le premier projet de Tropical Holding SA, la holding qui a la responsabilité de mettre en oeuvre les objectifs du PPP, était la reprise des activités de la Société industrielle et frigorifique du Gabon (Sifrigab) sous la dénomination Gabon Seafood SA.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW