À l’occasion de la célébration, le week-end écoulé, de la Journée africaine de la sécurité routière et celle du Souvenir des victimes des accidents de la route, le gouvernement a déploré le nombre croissant de morts ces dernières années, notamment à Libreville, Owendo et à Akanda où près de 5000 victimes ont été enregistrées depuis 2017.

En 2019, deux personnes ont trouvé la mort sur la route à Owendo, dont une ici  sur le pont Nomba, en mars. © D.R.

 

Au Gabon, la route est toujours aussi meurtrière, et la Route nationale 1 (RN1) présentée comme la plus dangereuse n’est pas la seule responsable des décès enregistrés ces trois dernières années. Selon le ministère des Transports qui célébrait le week-end écoulé la Journée africaine de la sécurité routière et celle du Souvenir des victimes des accidents de la route, les routes de Libreville, Owendo et Akanda ont occasionné d’importants dégâts matériels et de nombreuses pertes en vies humaines.

Depuis 2017, ce sont en effet 4 980 victimes qui ont été enregistrées dans les trois communes, informe Aloïse Bekale. Le secrétaire général du ministère des Transports précise qu’au nombre de ces victimes, 198 ont trouvé la mort, soit sur le coup, soit à l’hôpital. 798 personnes ont subi de graves blessures au cours de ces accidents, qui ont fait perdre leur motricité à certaines victimes, précise-t-il encore.

Pour les autorités gabonaises qui espèrent parvenir à faire baisser le nombre d’accidents sur les routes, y compris à l’intérieur du pays, les journées de sensibilisation comme celle organisée le week-end écoulé sont perçues comme le premier «remède». Pour Alex Minto’o, directeur général de la Sécurité routière, «cette journée est l’occasion d’attirer l’attention sur les dégâts émotionnels, économiques et financiers causés par les accidents de la route ; de rendre hommage aux victimes, aux services de secours et de soutien ; de réfléchir sur les accidents tragiques et très souvent inutiles qui surviennent sur nos routes».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW