Le Gabon sera présent à la Grande rencontre d’échanges des femmes camerounaises et du monde (GREFC & MD), du 22 au 24 février à Lomé. Comptant une délégation d’une vingtaine de femmes, le Salon de la femme prendra part à ce rendez-vous dédié aux discussions et partages d’expériences.

Sidonie Flore Ouwé présentant les contours de la participation du Salon de la
femme au GREFC & MD 2019, le 15 janvier 2019 à Libreville. © Gabonreview

 

Plateforme associative dédiée aux droits des femmes, le Salon de la femme prendra part à la 3e édition de la Grande rencontre d’échanges des femmes camerounaises et du monde (GREFC & MD), du 22 au 24 février à Lomé. Initié par la reine Clarisse Douala Bell, ce rendez-vous est un ensemble d’événements qui regroupe les femmes camerounaises et celles d’une dizaine de pays en seul endroit, pour discuter et partager des expériences.

 «Nous allons nous déplacer au Togo, à Lomé, à la demande d’un groupe de grandes femmes en tête desquelles se trouve la reine Clarisse Douala Bell, épouse du roi Beybey Douala Manga Bell, qui est au cœur même de cette organisation», a déclaré la présidente du Salon de la femme.

Environ 300 femmes sont attendues à cette rencontre. Une vingtaine de participantes composeront la délégation gabonaise à cette troisième édition, dont le thème est : « Que faut-il faire pour une réelle autonomisation de la femme ? » «Cette question verra intervenir des figures emblématiques de défense des droits de l’Homme. Cette question va nous permettre d’apporter des réponses concrètes sur les enjeux de l’autonomisation économique de la femme, aussi bien sur le plan économique qu’ailleurs», a expliqué Sidonie Flore Ouwé.

A cette occasion, la présidente du Salon de la femme animera une section sur le Leadership et la participation des femmes aux instances de prises de décision. Une autre section de cette rencontre portera sur l’autonomisation spirituelle de la femme. «Car beaucoup de femmes pensent que la solution à leurs problèmes se trouverait au sein des églises. Comment faire pour que les femmes qui fréquentent ces milieux se sentent autonomes, soient libres et indépendantes ? Autant de questions auxquelles répondra cette section», a-t-elle expliqué.

Après Paris (2016) et Cotonou (2017), l’édition de Lomé aura la particularité de décerner des trophées aux femmes qui se sont faites remarquer sur le plan national en 2018. Le GREFC & MD 2019 prévoit par ailleurs une foire d’exposition où les femmes de chaque pays devront montrer leur savoir-faire. «Au Gabon nous avons des talents. Nous aurons un stand d’exposition pour essayer de vendre notre pays à travers l’art au féminin», a conclu Sidonie Flore Ouwé.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW