Engourdie depuis environ un an, la plateforme mise en place pour faciliter la mise en œuvre de l’Initiative pour l’huile de palme en Afrique (APOI) est en cours de réactivation au Gabon. Un atelier consacré à cette réactivation s’est ouvert le 3 décembre à Libreville. Le diagnostic organisationnel et opérationnel et la présentation du document pour la prise en compte des Hautes valeurs de conservation (HVC) dans la réglementation nationale seront au menu des travaux.

Photo de famille au terme de l’atelier. © Gabonreview

 

Moment de l’atelier. © Gabonreview

La facilitation de la plateforme sur l’Initiative pour l’huile de palme en Afrique (APOI) sera désormais assurée par le tandem Brainforest/WWF, sous la supervision technique de la direction générale de l’Agriculture. Engourdie depuis près d’un an, cette plateforme est en cours de réactivation. Un atelier consacré à cette redynamisation se tiendra du 3 au 4 décembre et réunira les différentes parties prenantes : administration, ONG, secteur privé, instituts de recherche, etc.

La mission de cet atelier est de réaliser un diagnostic organisationnel, opérationnel et financier de la plateforme APOI Gabon. Il devra également présenter et amender le document de plaidoyer pour la prise en compte des Hautes valeurs de conservation (HVC) dans la réglementation nationale.

Si Brainforest s’est opposé dès 2012 à l’exploitation de l’huile de palme au Gabon, la position de cette ONG qui lutte pour la préservation de l’environnement a évolué depuis deux ans. «Nous pensons qu’une fois que toutes les conditions sont réunies, que la production de l’huile de palme au Gabon intègre les aspects sociaux et environnementaux, il n’y a pas d’inconvénients à participer à des initiatives ou accompagner le processus au niveau national», a déclaré Ida Navratilova Oye Obame, chargée du suivi-évaluation de ce processus à Brainforest.

L’ONG indique que sa priorité demeure le respect des droits des communautés locales et des peuples autochtones qui sont souvent impactés par les différentes exploitations. Il juge pertinent d’accompagner les opérateurs et le gouvernement pour la production d’une huile de palme durable. «Cette initiative (Ndlr. APOI) constitue pour nous un outil de soutien à la mise en œuvre du plan opérationnel Gabon vert, composante essentielle du Plan stratégique Gabon émergent et des engagements vis-à-vis des diverses conventions internationales dont le Gabon est partie prenante», a déclaré le directeur général du ministère de l’Agriculture à l’ouverture des travaux de l’atelier.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW