Le Global terroriste index de 2019 classe le Gabon à la 105e place sur 163 économies dans le monde et 28e en Afrique subsaharienne sur 44 États, derrière le Malawi et la Guinée, avec un score de 0,55 sur 10 pour le pays le plus touché par les actes terroristes.

Le Gabon exempté du terrorisme en 2018. © D.R.

 

Bonne nouvelle pour le Gabon qui ne figure pas sur la carte des attaques terroristes perpétrées par les quatre groupes terroristes responsables du plus grand nombre de morts en 2018 : les talibans, l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), le groupe islamiste Boko Haram, le Khorasan de l’État islamique.

Dans la 7e édition de son Global terrorism index (GTI), qui se veut «un résumé complet des principales tendances mondiales en matière de terrorisme», l’Institut pour l’économie et la paix (Institute of Economics and Peace, IEP), classe le Gabon à la 105e place sur 163 économies examinées.

Avec un score de 0,55 sur 10 qui lui permet de gagner 12 places, le Gabon intègre le top 5 des pays exemptés de terrorisme en 2018. «En 2018, 20 des 44 pays d’Afrique subsaharienne ont amélioré leur score GTI, 13 pays se sont détériorés et 11 autres ont maintenu leur score, aucun impact du terrorisme, ce qui a permis au score de la région de rester stable», souligne l’IEP.

Cependant, cinq nations africaines font partie du top 10 de celles ayant été les plus touchées par le terrorisme, même si tous se sont améliorés de 2017 à 2018 : le Nigéria, la Somalie, la République démocratique du Congo (RDC), le Mali et la République centrafricaine (RCA). «Elles ont toutes été confrontées à un conflit armé et à des conflits importants, occasionnant l’instabilité au cours de la dernière décennie», indique le GTI.

Réalisé chaque année par le think tank IEP, le Global Terrorism Index définit le terrorisme comme la menace ou le recours effectif «à l’emploi de la force illégale et de la violence par un acteur non étatique pour atteindre un objectif politique, économique, religieux, social à travers la peur, la coercition ou l’intimidation». Selon l’étude, l’impact économique du terrorisme sur le monde était de 33 milliards de dollars en 2018, soit 38% de moins qu’en 2017. Comparé à d’autres formes de violence telles que l’homicide, les conflits armés et les dépenses militaires, le terrorisme représente un faible pourcentage du coût total de la violence.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW