C’est l’intense action des internautes qui a permis ce 23 janvier à la Police de retrouver un chauffeur de camion ayant pris la fuite, après avoir percuté un individu à Libreville.

Le camion ayant percuté l’individu. © D.R.

 

Les faits se sont déroulés le 23 janvier aux environs de 8 heures 20 minutes. Un camion de livraison de boissons a percuté David Pendi au niveau Lac bleu, à 800m de l’échangeur des Charbonnages. Selon un témoin, le jeune faisait du sport. «Il courait le bon matin, il est même passé devant moi», dit-il. La voie étant étriquée à ce niveau, l’automobiliste a heurté le coureur sans s’arrêter.

«Le monsieur a eu la force de lui demander ce qu’il se passe. Le conducteur du camion a répondu au monsieur qu’il avait tort et qu’il n’avait aucune raison qu’il l’emmène à l’hôpital. Tout ça en moins d’une minute», poursuit le témoin qui indique qu’au moment où il a pris son S

La victime. © D.R.

martphone pour filmer le véhicule, le chauffeur du camion a démarré son véhicule. «Le monsieur est resté là avec moi. J’étais choqué vu son état. J’ai ensuite demandé au monsieur si je pouvais appeler un parent, il avait du mal à me répondre. Même pour prononcer un mot, c’était difficile. Je l’ai juste devancé en lui disant d’aller vite à l’hôpital vu son état et l’allure avec laquelle son sang coulait», raconte-t-il.

Il a tout de même réussi à filmer la victime et le camion, notamment la plaque. Il a vite fait de poster ses images sur sa page Facebook afin que l’information soit relayée. De même, les images ont été envoyées sur le compte Facebook de la Préfecture de police de Libreville. Ce qui a permis aux policiers d’interpeller le conducteur.

«Ce jour, 23 janvier 2019 aux environs de 8 heures 20 minutes, par dénonciation via la page Facebook officielle de la Préfecture de police de Libreville, une personne de bonne foi signalait qu’un camion de livraison de boissons conduit par un chauffeur non identifié, avait percuté un individu à hauteur des Charbonnages», a indiqué la Préfecture de police de Libreville sur sa page Facebook, en milieu d’après-midi.

Selon ce communiqué, «grâce à cette dénonciation soutenue par des images de la plaque d’immatriculation dudit camion, le chauffeur a pu être interpellé». La victime a été invitée à se rendre à la direction de la voie publique pour donner sa version des faits.

Alors que l’on se plaint de plus en plus des effets pervers des réseaux sociaux, certains posts peuvent sauver. C’est un moyen de proximité moderne qui permet non seulement une grande réactivité, mais aussi, un gain de temps.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW