En collaboration avec l’Ecole 241, et à l’occasion de la Journée de la femme, l’ONG Women of Africa a organisé vendredi un Coding day dédié aux femme, à l’Institut africain d’informatique (IAI).

Un instant de la formation. © Gabonreview

 

Comme chaque 8 mars, les femmes ont été à l’honneur à travers la Journée internationale des droits des femmes. Sur la base du thème de cette année, “Penser équitablement, bâtir intelligemment et innover pour le changement“, la branche locale de l’ONG Women of Africa dirigée par le Dr Ziza Sandrine Itou-Y-Maganga a voulu «innover en parlant de codage et d’informatique».

En collaboration avec l’Ecole 241, l’ONG a initié une trentaine de femmes au codage, mais surtout à l’utilisation des réseaux sociaux. «Pour les avoir, on a fait un appel. Celles qui ont senti un intérêt pour quelque chose d’inconnu sont arrivées. On leur a montré comment maîtriser certains outils comme WhatsApp, Facebook», a indiqué Itou-Y-Maganga.

Au cours de cette formation d’environ 4h, les participantes, à travers des partages d’expériences et la présentation des différents profils, ont été édifiées. «C’est une grâce pour moi de montrer aux femmes qu’avec le code tout est possible», a déclaré Christelle Diane Moughola Idiata de l’Ecole 241. Il y a deux ans, elle a perdu son emploi dans une maison de téléphonie mobile et s’est reconvertie en intégrant la cohorte des référents digitaux de l’Ecole 241. Pour elle, entretenir des femmes sur le codage, «c’est donner la main à une personne qui s’est déjà noyée dans le désespoir». Même son de cloche pour Anael Antchandiet qui s’est reconvertie dans ce domaine après avoir enseigné les lettres pendant 7 ans. «Je vois que le domaine du numérique est porteur d’espoirs», dit-elle.

Les participantes à la formation ont pour la plupart des petites entreprises qu’elles ont du mal à faire connaître. Elles ont estimé que c’était une aubaine pour elles. «Cette journée m’a permis de comprendre que je peux améliorer mon activité. Je fais des pots de yaourt et des croquettes à l’orange et au citron. Désormais, je vendrais autrement», a déclaré Mirlène Eyui Nguéma.

Les travaux du Coding day ont été menés sous la direction de plusieurs experts, parmi lesquels  Marlyse Hangamalongo Mapaga. Cette jeune informaticienne gabonaise est la fondatrice du BNSP Technology, une entreprise de développement d’applications. Son ambition est de «lutter pour l’intégration des femmes et les enfants dans les métiers du numérique».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW