Vendu à 125 francs CFA depuis plusieurs années, le prix de la baguette de pain ne devrait pas connaître une nouvelle augmentation, en dépit de la crise qui sévit. L’État n’a pas cessé de subventionner la farine de blé ces vingt dernières années.

Le prix de la baguette de pain ne devrait pas augmenter avant longtemps. © Radvaner/Sucré salé

 

En dépit de la crise ayant déjà conduit le gouvernement à initier plusieurs réformes presque toutes mal accueillies, mais dont le but est de réduire la dépense publique, la fluctuation des cours des matières premières sur les marchés internationaux, à l’instar de la farine de blé, ne devrait pas conduire à la hausse du prix de la baguette de pain de 200 grammes. C’est, en tout cas, ce que promettent les autorités, disant poursuivre leur lutte contre la vie chère.

Au Gabon, le prix de la baguette de pain (125 francs) est presque devenu une tradition. Il n’a pas changé depuis plus de 20 ans. La raison évoquée par la direction générale de la Concurrence et de la Consommation (DGCC) : la subvention de l’État accordée au kilogramme de la farine de blé depuis 1996. En effet, c’est grâce à cette subvention que, de 1996 à 2008, le prix d’un sac de 50 kilogrammes de farine de blé était fixé à 14 900 francs, et de 2008 à 2016 à 14 950 francs.

À la présidence de la République, l’on estime que «le prix peu élevé du pain est l’illustration de la réussite de la politique de subvention de l’État». Aussi, assure-t-on que ça devrait rester comme ça pendant plusieurs années encore.

À côté de la baguette de pain, la subvention de l’État intervient dans le prix de la bouteille de gaz butane (4 050 francs de subvention), le litre de pétrole lampant (150 francs) et même dans le prix du billet de train pour la distance Owendo-Franceville en 2e classe (11 689 francs). Toutefois, combien de temps le gouvernement résistera-t-il à la pression du Fonds Monétaire international(FMI) ? Le gouvernement envisage déjà de libéraliser le prix du carburant à la pompe.

 
 

3 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Pauvre Gabon ! Incapable de produire lui-même son blé. Ce qui pourrait pourtant faire diminuer le prix du pain, et surtout créer de l’emploi. Pitié ! A Ntare Nzame !!!

  2. Si le prix de la baguette de pain n’a pas changé depuis 20 ans, qu’en est-il du poids ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW