Créé en juin 2018, le Réseau national des femmes professionnelles maritimes et portuaires du Gabon fera sa sortie officielle ce 30 avril. Pour rehausser l’événement, elles ont sollicité l’accompagnement du ministre de la Pêche à travers l’animation d’un panel.

Prisca Koho Nlend, le 10 avril, en compagnie des quelques membres du Réseau national des femmes professionnelles maritimes et portuaires du Gabon. © D.R.

 

Adeline Adiahenot Abidi remettant un présent à la ministre (en haut), après leurs échanges. © D.R.

Prisca Koho Nlend, le ministre la Pêche et de la Mer a reçu ce 10 avril, une délégation du Réseau national des femmes professionnelles maritimes et portuaires du Gabon. Elles sont venues solliciter du ministre qu’elle les accompagne lors de  la sortie officielle de leur mouvement associatif, prévue le 30 avril prochain.

Créé en 2018, le Réseau national des femmes professionnelles maritimes et portuaires du Gabon prépare en effet l’organisation de cet évènement à travers une conférence-débat. Au nom des membres de l’organisation qu’elle coordonne, Adeline Adiahenot Abidi a sollicité du membre du gouvernement qu’elle anime pour cette future sortie un panel.

Deux panels sont, en effet, prévus lors de cet événement placé sur le thème : “La place de la femme dans les ports gabonais“. La ministre devrait être un des huit exposants devant intervenir au cours de ces conférences-débats.

Pour ce faire, les femmes du Réseau ont présenté à Prisca Koho Nlend les thèmes retenus pour appréciation. «Elle nous fera le retour», a promis Adeline Adiahenot Abidi. Comme pour donner les gages de sa disponibilité à accompagner le Réseau, Prisca Koho Nlend a déjà mis en place une commission chargée de travailler à ce sujet. Moins d’un an après sa création, le Réseau national des femmes professionnelles maritimes et portuaires du Gabon regroupe trois associations et compte près de 250 membres à travers le pays.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW