La nouvelle équipe municipale promet de s’attaquer à la «pollution sonore» qu’elle considère comme un problème de santé publique.

La pollution sonore affecte considérablement la santé et la qualité de vie des populations avec des conséquences physiques et/ou psychologiques. © Gabonreview

 

Impuissants, nombreux sont les Librevillois qui subissent de jour comme de nuit une pollution sonore assidue. Elle se nourrit notamment de sons des musiques distillées par des bistrots installés sur les trottoirs ou des cris et chants de louanges des églises et mosquées. L’amplification de ce phénomène, estiment les autorités municipales, affecte la santé et la qualité de vie des populations.

Après la tentative ratée de l’équipe municipale conduite par Ntoutoume Emane, Léandre Nzué et ses compagnons installés le 11 mars dernier, annoncent leur intention d’aller en guerre contre les auteurs de la «pollution sonore» dans la cité Libreville et de faire appliquer les règles en matière d’ouverture de bars, de boîtes de nuit et de lieux de culte.

«J’appliquerai fermement les règles en matière d’ouverture de bars, de boîtes de nuit et de lieux de culte. Les responsables de nuisances sonores doivent s’attendre à payer désormais le prix fort», a averti Léandre Nzué lors de sa prise de fonction. Si cette mise en garde est déjà perçue par certains comme un simple effet d’annonce, d’autres pensent que Léandre Nzué peut tenir ce pari. Ceux-ci se fondent sur le passé du nouveau maire, lorsqu’il occupait les fonctions du 4e maire adjoint de Libreville chargé des voiries, de 2009 à 2014, aux côtés de Jean-François Ntoutoume Emane. Ce dernier avait fait bouger les lignes dans la campagne sur la libération des trottoirs.

Il avait appliqué la méthode forte pour faire déguerpir les commerçants qui obstruaient les voies de circulation au marché Mont-Bouët et dans plusieurs endroits de la capitale. Cette opération avait notamment permis de dégager la voie publique, obstruée par de nombreuses épaves de voitures et les échoppes de commerce informel.

 
 

4 Commentaires

  1. diogene dit :

    La ville est sale, sans eau, de nombreux quartiers sont sous équipés, les routes sont pourries, à la limite du praticable, etc… Et ce bouffon va faire voir ses muscles dans les bars pour qu’ils baissent la musique !

    Si c’est tout ce qu’il peut faire, il ne risque pas l’AVC…

    • DOM CAPELLO dit :

      Ca se voit que vous ne subissez pas ce type de nuisance cher Monsieur.Il faut s’attaquer à tout en même temps, en priorisant ses challenges. Vous avez tous mes encouragements MONSIEUR LE MAIRE.

  2. moundounga dit :

    Bjr. ce n’est pas tant la forme de l’initiative qui gène . c’est plutôt dans la durée que l’impact doit avoir ses effets. Combattre les effets sonores c’est bien. Mais le nouvel édile fera quoi des bars et autres boites de nuit de ses potes. Attendons de voir!!!

  3. BOUCKA Boucka dit :

    Et la construction des marchés dignes de ce nom? qu en est il car les ventes sur les trottoirs sont la conséquence de l absence de place pour les commerçants et commerçantes

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW