Le Gabon ambitionne de protéger 30% des espaces naturels d’ici 2030, contre respectivement 15% et 8% à l’heure actuelle, dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

La coalition prévoit, ente autres, de réduire de moitié le gaspillage alimentaire. ©James Morgan/WWF-US

 

Le Gabon, aux côtés d’une vingtaine de pays dont la France, la Finlande, le Gabon, Grenade et le Royaume-Uni, entend classer 30% de ses surfaces marines et terrestres en aires protégées d’ici à 2030 pour «limiter le réchauffement climatique». Cet engagement ambitieux pour la conservation de la nature s’inscrit dans le cadre des objectifs fixés par la coalition #30×30, promue par le Costa-Rica au cours de la COP25.

Cette initiative qui sera présentée officiellement lors du congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), en juin 2020, à Marseille (France), réunie aussi en son sein des ONG et des scientifiques. Il constituerait un moyen efficace de faire face à la menace d’extinction et d’aider à éviter un changement climatique catastrophique avant qu’il ne soit trop tard.

«L’objectif principal sera de protéger 30 % des aires naturelles en 2030 et il faudra que cela aille de pair avec un engagement de financement», a expliqué le ministre de l’Environnement du Costa-Rica, Carlos Manuel Rodriguez. Selon ce dernier, pour bénéficier de l’aide de la nature contre les effets dramatiques du changement climatique, il faut conserver les écosystèmes naturels comme les forêts, les récifs, les zones humides, les mangroves, mais aussi restaurer les zones dégradées.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW