Le 31 octobre au quartier Avéa, un jeune homme a poignardé à mort un autre moins âgé que lui puis a pris la fuite. Informé du drame, ses parents ont eux aussi déserté le quartier.

A Avéa, un jeune homme a pris la fuite après avoir commis un meurtre. Ses parents aussi. © D.R.

 

Tuer est devenu banal chez certains jeunes. Daniel Moure Aboghe (DMA), un jeune du quartier Avéa, dans le 2e arrondissement de Libreville, a perdu la vie dans une banale affaire de vengeance le 31 octobre. Il a été poignardé à mort par «Kalifa», un autre jeune du quartier plus âgé que lui.

Selon les témoins du drame, Kalifa aurait agi par vengeance. La colère serait née d’un précédent accroc entre les deux et au cours duquel DMA l’avait «humilié». Kalifa attendait donc le moment propice pour laver cet affront. Ce moment, il l’a eu le 31 octobre aux environs de 15h, alors que DMA se trouvait dans boutique du quartier, spécialisée dans les jeux vidéo. Pris par surprise, le jeune homme n’a pas eu le temps et les moyens de se défendre contre son adversaire qui était armé d’un couteau. «Il [Ndlr. Kalifa] lui a mis plusieurs coups de couteau au niveau de la cage thoracique», ont rapporté certains témoins qui assurent qu’après avoir poignardé sa victime, Kalifa a pris la poudre d’escampette. «Tout s’est vraiment passé rapidement», ont-ils ajouté.

Grièvement blessé et perdant beaucoup de sang, DMA a été conduit à l’hôpital où il a succombé à ses blessures vers à 18h. Dans ce quartier où les actes de violence et les règlements de compte sont monnaie courante, les habitants se disent «choqués». Ayant appris le forfait de leur fils, «les parents de Kalifa ont eux aussi pris la poudre d’escampette». «Et lorsque les enquêteurs de la Police judiciaire (PJ) ont débarqué pour les constatations d’usage, ils ont trouvé portes et fenêtres closes», a pour sa part rapporté le quotidien L’Union.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW