Après une réunion avec les autorités municipales de la commune de Ntoum, sur la gestion des ordures, les opérateurs économiques de cette localité ont décidé de fermer leurs commerces. Ils refusent de gérer désormais leurs ordures comme le leur exige la mairie.

Juste Parfait Biyogo B’Otogo et ses équipes lors d’une précédente opération de scellée. ©
Mairie de Ntoum

 

«Chacun risquera désormais de s’occuper de ses ordures», a déclaré au cours d’une réunion avec les commerçants de sa localité, le 17 juin, Juste Parfait Biyogo B’Otogo, maire de la commune de Ntoum. Selon lui, chaque soir vers 18 ou 19h, chaque opérateur économique devra désormais déposer ses ordures à la décharge publique. Il y a vu une ébauche de réponse à la question de l’insalubrité à Ntoum.

Juste Parfait Biyogo B’Otogo (à droite) et Innocent Ondo Ovono (au centre) lors de la
réunion du 17 juin. © Capture d’écran

En dehors de ses voiries en piteux état, la ville de Ntoum, a pour décor les ordures. Pour Juste Parfait Biyogo B’Otogo, les commerçants sont les premiers pourvoyeurs de cette insalubrité, car ils ne gèrent pas normalement leurs ordures. La mairie a également interdit la vente des produits vivriers en bordure de route. «Il y a des risques énormes» dénonce Innocent Ondo Ovono, 4e adjoint au maire. Un avis que ne partagent pas ces derniers. Pour protester contre cette décision qu’envisage la mairie, les opérateurs économiques ont décidé de ne pas ouvrir leurs espaces commerciaux, soumettant les populations à une «diète obligatoire». Soutenue par le Syndicat des commerçants de Komo Mondah (Sycokom), la fermeture des commerces débutée le 18 juin ira jusqu’au 20 juin.

La mairie reviendra-t-elle pour autant sur sa décision ? Rien n’est moins sûr. Elle est d’ailleurs passée à l’offensive peu après le déclenchement du mot d’ordre des commerçants, en posant des scellés sur les commerces fermés. . «En réponse à leur protestation, les agents de la mairie sont allés ajouter un cadenas en plus des leurs, pour que ces derniers comprennent que l’objectif de la mairie est de changer désormais le visage de la Commune de Ntoum lorsqu’ il s’agit de propreté», a indiqué le maire. Le bras de fer se poursuit, mais le manque à gagner de part et d’autre ramènera peut-être les protagonistes à la table de négociation.

 
 

1 Commentaire

  1. Diego dit :

    Cest quoi cette histoire bizarre. Cest un manque d’idées ou quoi ? Comment peut-on demander aux commerçants de vider leurs ordures à la décharge? Est ce que c’est leur rôle? Vraiment on va tout voir dans ce pays. Ecoutez Messieurs Leş Maires beaucoup de jeunes n’ont rien à faire de leur journée. Si vous mettez à leur service des brouettes par exemple tout en expliquant aux commercants leurs attributs càd ramassage des ordures moyennant 200f ou 300f par jour par exemple. Non seulement vous aller aider ces jeunes qui pour la plupart sont des braqueurs mais en plus votre ville sera belle. A vous de penser et réfléchir sur le montant jour à leur donner ainsi qu’aux mécanismes de suivi et contrôle…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW