Les agents de la main-d’œuvre non permanente (MONP) de l’Ogooué-Lolo ont récemment menacé d’entrer en grève pour attirer l’attention du gouvernement sur leurs revendications salariales. Gouverneur de la province, Marie Françoise Dikoumba a tenté de les en dissuader, promettant de porter leurs attentes auprès des plus hautes autorités du pays.

Rigobert Ghanga (au centre), porte-parole des agents de la MONP de l’Ogooué-Lolo. © AGP

 

Sourde depuis quelques semaines, la colère des agents de la main-d’œuvre non permanente de l’Ogooué-Lolo a fini par éclater récemment, avec la menace d’une grève si le gouvernement persiste à ne pas entendre leurs revendications. Des revendications qui, disent-ils, sont pourtant bien connues de la direction provinciale du Travail à qui ils ont officiellement fait part de leurs difficultés à travers un préavis de grève resté sans suite jusqu’à l’intervention du gouverneur de la province au début de la semaine courante.

Ces dernières semaines, en effet, la MONP de l’Ogooué-Lolo n’a pas cessé de réclamer le paiement des allocations familiales et des frais liés à la rentrée scolaire. Porte-parole du collectif des agents en colère, Rigobert Ghanga ajoute que leur situation à la CNSS est des plus incertaines. «Où se situent nos cotisations ?» s’interroge-t-il, appelant à une «mise à jour des services de la CNSS» dans leur province, ainsi que le paiement des services rendus à une dizaine d’agents admis à faire valoir leurs droits à la retraite. «Nous exigeons de voir le Relevé d’identité bancaire (RIB) de chacun des agents de la main-d’œuvre non permanente.»

Face à leur colère qu’elle a jugé «légitime», Marie Françoise Dikoumba a invité les agents de la MONP à la négociation pour trouver ensemble des solutions à leurs préoccupations. Pour le gouverneur, la grève ne serait pas le meilleur moyen d’y parvenir. D’autant que, ayant abordé ces différentes questions avec ses collaborateurs experts du domaine, ceux-ci lui ont promis de s’atteler à régulariser toutes les situations dans les tout prochains jours.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW