Selon la dernière livraison de l’Indice Kälmin et Kochenov réalisé par le cabinet Henley & Partners (H&P), qui conseille les gouvernements en matière de politique de résidence et de citoyenneté, le Gabon arrive à la 121e place sur 171 États avec un score de 26,8% en 2018.

Le Gabon se positionne à 121e place mondiale au classement de l’indice de la qualité de la nationalité. © D.R.

 

Classé dans la catégorie «médiocre», parmi les cinq qualifications retenues par le cabinet Henley & Partners (H&P), pour l’évaluation de la qualité de la nationalité dans 171 pays, selon leur valeur «interne» et «externe», le Gabon se positionne à 121e place mondiale.

Toutefois, le Gabon se classe en première position en Afrique centrale, avec 26,8% de points. Le pays de la Concorde gagne trois places par rapport à 2017, où il se classait à la 124e place avec un score de 27,1%.

S’agissant de la «Valeur interne de la nationalité» mesurant la qualité de vie et les opportunités de croissance personnelle qu’offre la nationalité d’un pays, le Gabon enregistre un score de 0% à la liberté de règlement et se classe 52e sur 52 États et 27,7% à la rubrique liberté de voyager pour une place de 127e sur 157 destinations examinées. En termes de «valeur externe de la nationalité», prenant en compte la diversité et la qualité des opportunités qu’offre une nationalité, le pays d’Ali Bongo se positionne à la 142e place mondiale avec un crédit de 13,8%.

Au niveau mondial, et ce, pour la 8e année consécutive, c’est la France qui truste sans partage le premier rang mondial avec un score de 83,5%, devant l’Allemagne et les Pays-Bas ; ex aequo avec un score de 82,8%. Les dernières places sont occupées par le Soudan du Sud (15,9 points), l’Afghanistan (15,4 points) et la Somalie (13,5 points).

En Afrique, aucun pays ne figure dans les deux premières classifications du classement : très haute qualité et haute qualité. Toutefois, le top 100 mondial du classement sur la qualité de la nationalité compte 10 pays du continent : Seychelles 50e, Maurice 55e, Afrique du Sud 85e, Cap-Vert 87e, Ghana 89e, Botswana 95e, Gambie 95e, Bénin 97e, Sénégal 99e, Sierra-Léone 100e.

© D.R.

Le top 10 en Afrique centrale :

Gabon (121e avec 26,8%), São Tomé et Principe (126e avec 25,8%), Guinée équatoriale (132e avec 24,8%), Angola (135e avec 24,2%), Congo (138e avec 23,3%), Cameroun (144e avec 22,4%), Tchad (146e avec 20,7), Burundi (147e avec 20%), République démocratique du Congo (153e avec 18%) et la Centrafrique (154e avec 17,6%).

Chaque année, l’Indice de la qualité de la nationalité (QNI), édité par Dimitry Kochenov et Justin Lindeboom, étudie plusieurs critères comme la paix, la stabilité, la puissance économique, le développement humain, la liberté de voyager, de travailler à l’étranger…, pour dresser son classement. Elle classe la valeur objective des nationalités dans le monde comme statut juridique de rattachement à un État.

Au-delà des simples droits de visa de tourisme ou d’affaires sans visa, le QNI prend en compte plusieurs autres facteurs cruciaux pour démontrer que les nationalités du monde ne sont pas égales et que certaines nationalités offrent un meilleur statut juridique que d’autres pour développer ses talents. Le QNI classe les nationalités plutôt que les États en soi. Il prend en compte l’augmentation des flux migratoires mondiaux et le manque de corrélation entre les nationalités détenues par un nombre croissant d’individus actifs et les pays dans lesquels leurs entreprises sont établies et leur vie vécue.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW