Plombée par une dette de 20 milliards de francs CFA, la Société gabonaise de transport (Sogatra) s’oriente vers une restructuration. Le conseil d’administration tenu le 23 mai à Libreville a annoncé l’adoption dans les prochains jours d’un plan social devant déboucher sur la réduction des effectifs estimés à 976 agents aujourd’hui.

Les administrateurs, lors du conseil d’administration, le 23 mai 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Après six ans de sommeil, la Société gabonaise de transport (Sogatra) a tenu un conseil d’administration le 23 mai à Libreville. Les travaux ont consisté pour les administrateurs, de réfléchir pour sortir la société du gouffre dans lequel elle est plongée caractérisé par une dette abyssale de près de 20 milliards de francs CFA.

Cela passe, selon le président du conseil d’administration Alexandre Désiré Tapoyo par trois actions fortes : oeuvrer premièrement pour maintenir la Sogatra en vie, en faisant en sorte qu’elle ne soit pas totalement tributaire de la subvention de l’État, partie de 8 milliards de francs CFA il y a 4 ans à 3 milliards de francs CFA cette année. Dans cette perspective, outre le transport du personnel, Sogatra envisagerait se lancer dans le transport du fret, transport funéraire ainsi que la publicité.

La deuxième consisterait à refaire le parc automobile de la société par l’acquisition de 50 nouveaux bus grâce à un partenariat public privé. Ces nouveaux bus viendraient s’ajouter aux 40 bus fonctionnels actuellement à Sogatra.

La dernière action viserait à mettre en place un plan social. Celui-ci sera marqué par une réduction drastique de l’effectif jugé “pléthorique” de Sogatra, estimé à 976 agents aujourd’hui.

Le plan social s’appuiera sur la mise en retraite anticipée, les départs volontaires et licenciements des agents auteurs de fautes graves et impardonnables. «Toutes ces actions permettraient de remettre la Sogatra sur les rails», a conclu Alexandre Désiré Tapoyo.

 
 

6 Commentaires

  1. Madebe dit :

    Il n’est jamais trop tard.il faut effectivement restructurer Sogatra, mais pas avec ces petites mesures. En réalité, il faut tout recommencer à zéro. Il faut une nouvelle Sogatra.Et pour cela, évaluer d’abord les besoins en transport de la Capitale,répartir ces besoins par mode de transport (taxis, Sogatra,…).une fois les captifs des transports en commun évalués, on peut alors dimensionner la taille de l’entreprise; c’est à dire, évaluer le nombre de bus qu’il faut pour Libreville. La répartition par ligne se fera après en fonction de la mobilité par ligne de désir. Pour la réduction du personnel, il tout simplement respecter les ratios par bus admis partout dans le monde. Et la pyramide ne doit pas être inversée. D’autres mesures existent, notamment en ce qui concerne l’aspect financier et le modèle économique à adopter.
    Dr.dieu-donné MADEBE
    Ancien DGA de Sogatra 2002-2004.Ancien Président de la commission transport urbain à l’UATP.

  2. Boucka BOUCKA BOUCKA dit :

    Franchement, ces gens se moque de la gueule des gabonais, dix ans qu’ils sont aux affaires c est maintenant qu’ ils pensent à prendre des mesures de sauvegarde! dix ans mais ou sont passés toutes ces personnes qui ont mis SOGATRA dans cet état? Des audits il y en au depuis ASSELE Fils! Pour ces gens là c est d’abord le pillage et ensuite on vient aux mesures de sauvegarde et c est toujours les plus faibles qui paient comme à la CNSS, aux CGC et j en passe!!!!!!!!!!

  3. Okoss dit :

    Mr Tapoyo
    Il y a trop de directeurs et autres point fiscaux à Sogatra. C est quoi leur valeur ajoutée.
    Au lieu de réduire le nombre de techniciens (mécanicien, chauffeur, contrôleurs etc etc,mettez à la touche tous ces bras cassés recrutés par affinités ethniques, parentales

  4. LOPES FERNAND dit :

    bonsoir et oui c’est le grand problème african des que il y a de la monnaie il faut se le partager!!! crd fernand lopes

  5. bassomba dit :

    Il faut commencer par pinir ceux qui ont mis sogatra par terre, ils sont encore vivants

  6. Eternite dit :

    Monsieur le PCA…
    avant de “taper” sur les gens en nous mentant que cela va restructurer SOGATRA… avez vous une seule fois penser à résoudres le problème des dessertes de votre entreprise; existe il un plan de circulation du réseau urbain librevillois? ensuite, pourquoi il n’existe aucun point de vente officiel ou des abonnements mensuels pour les usagers ?
    Comment se fait il que rien ne soit numeriser et que le billet se paye toujours en numeraire ( avec les soustractions d’argent que l’on imagine )…Vous achetez de nouveaux bus ? organiser la desserte avant d’acheter à tout va!
    Bref..du gaspillage et rein d’autre comme toujours
    Enfin..

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW