Après le tollé consécutif à la publication, par Gabonreview, d’un article titré «Stade d’Angondjé : Un véritable gâchis !», presque tout en photos et montrant le stade de l’Amitié littéralement à l’abandon, Franck Nguéma, le ministre des Sports, a diligenté une équipe, le lundi 14 octobre, pour les travaux de débroussaillage et de nettoyage.

Le stade de l’Amitié, le 14 octobre 2019. © Gabonreview

 

14 octobre 2019 au stade de l’Amitié. © Gabonreview

L’article de Gabonreview consacré à l’abandon et dégradation du stade de l’Amitié d’Angondjé, a fait couler beaucoup d’encre et de salive ces dernières quarante-huit heures. Le texte serait indubitablement à l’origine du beau geste du ministre en charge des Sports, Frank Nguéma. Celui-ci a commis, le 14 octobre, une équipe pour le nettoyage et le débroussaillage de l’infrastructure sportive en souffrance. Une opération diversement appréciée ou interprétée par les internautes sur la page Facebook du ministre concerné, étant entendu que l’entretien, la protection et la conservation de ce patrimoine national est du devoir de l’Etat.

 «Ce lundi 14 octobre, les travaux de débroussaillage et nettoyage du stade d’Angondjé ont commencé sur instruction du ministre chargé des Sports qui a pu décanter la situation sociale et logistique», indique ce 14 octobre, sur sa page Facebook, le ministre des Sports. La publication de Franck Nguéma est assortie d’une vidéo de 20 secondes montrant des ouvriers à l’ouvrage.

Effet pervers, les commentateurs du post Facebook trouvent à redire lorsqu’ils n’interrogent pas tout simplement le patron du département des Sports. «Pourquoi avoir attendu cet état de délabrement pour réagir ? Pourquoi ne pas avoir dépêché une entreprise qui va s’occuper de l’entretien permanent du fleuron des infrastructures sportives de notre beau et si cher pays ?», s’interroge un commentateur, tandis qu’un autre se demande pourquoi a-t-il fallu, pour réagir, attendre que l’état de l’infrastructure soit jeté sur la place publique.

Un petit détour sur les lieux a permis de confirmer l’entame de la tonte de l’herbe à l’extérieur du stade. On n’omettra pas de signaler que la semaine dernière déjà, d’autres ouvriers avaient débuté le nettoyage des bureaux en attendant la phase de réfection globale. «C’est bien, tout en espérant que ça ne soit pas une action ponctuelle», a salué un internaute alors que selon un autre «il a fallu qu’on se moque d’abord de nous jusqu’à l’international, qu’on en parle sur toutes les pages d’infos et d’humour».

Le stade d’Angondjé a été l’arène de plusieurs matchs de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) de football 2017, la finale de l’édition y compris. Ces moments d’intense émotion étant ancrés dans la mémoire collective, on comprend aisément pourquoi l’opinion s’est indigné, criant au gâchis, à la vue des images de l’infrastructure à l’abandon. Si on se félicite de ce début de solution pour le stade d’Angondjé, on ne manque pas d’indexer les autres sites de l’intérieur du pays. «Qu’en est-il des stades de Port-Gentil et d’Oyem», questionne un commentateur.

 
 

8 Commentaires

  1. gabonreviewadmin dit :

    Serge Makaya alias Martine, vos commentaires ont été supprimés parce qu’ils sont injurieux. Ce n’est pas la contribution qu’on attend de vous. Merci de continuer à nous suivre.

    • Serge Makaya dit :

      “Serge Makaya, alias Martine”… Suis désolé, je ne suis pas Martine. Seulement, nous sommes plusieurs gabonais d’un même coin à utiliser le même ORDINATEUR. Nous sommes un GROUPE de résistants gabonais qui travaillent dans l’ombre pour libérer notre pays du joug BONGOISTE PDGISTE. Vous ne voulez quand même pas qu’on vous dise où l’on est ? Vous souhaitez qu’on nous arrête ? Vous ne défendez pas la liberté du Gabon. Nous n’avons jamais cru aux médias qui se disent neutre. Alors, je proposerai à mes frères et soeurs gabonais, combattants pour la liberté, d’aller dans un autre médias, et de laisser le média du pouvoir sanguinaire actuel “Gabonreview”. Bye !!!

    • Martine dit :

      Martine, c’est moi. Et je travaille avec Serge Makaya pour libérer notre pays. Nous sommes un groupe de gabonais(es) qui se bat discrètement. Serge Makaya est obligé d’être plus discret que nous. Il connaît parfaitement le B2. D’où son extrême prudence. Vous êtes décevant gabonreview.

  2. Ari dit :

    En trois ans seulement ces infrastructures sont deja en etat de delabrement??? Manque de budget ou detournement des fonds dû au peu d’interet accorde au sport au Gabon? Que le gouvernement putschiste nous informe un peu sur cet etat des choses.

  3. MBA EYI dit :

    Gabonreview, vous savez ce qu’il vous reste à faire:

    -Filmez le tronçon Nkok-Kango, Andjo-Okondja, Kougouleu-Medouneur-Bibass
    -Filmez les quartiers sous-intégrés de la capitale et du pays
    -Filmez les “squatter” d’angondjè, de Bikélé, du Ciciba…de la CEI, du camp de police, des 3 quartiers…
    -Filmez les fiches de paie des gabonais agents de l’Etat, et du secteur privé
    -Filmez les conditions de vie des retraités
    -Filmez les étudiants boursiers au gabon et à l’étranger
    -Faites une échographie des cœurs des gabonais
    -Filmez les journalistes de la presse privée proche du bon sens dans ce pays
    -Filmez les prisonniers politiques
    -Filmez les exilés politiques
    -Filmez la Diaspora
    -Filmez la poupée de Ryad
    -Filmez le Président élu…

    Bref, faites des reportages photos à ces braves gouvernants qui nous gouvernent depuis…la lune et qui grâce à vous découvriront une partie de nos attentes…

    Quel AMATEURISME!!!

    PS: Je vous remercie pour ces éclats de rire matinaux, ça fait du bien!!!

  4. Desiré dit :

    Serge Makaya intervient depuis de longues années et à tord et à travers sur le site de Gabonreview .avec des prises de positions souvent virulentes les sujets les plus divers, les plus graves. Les plus sérieux. Il est amusant de constater que le point culminant et de non retour est atteint sur un sujet aussi important que celui de quelques herbes folles ayant envahi un stade de foot qui ne sera jamais mis à la disposition de nos jeunes, contraints de jouer sur des terrains vagues.

  5. Legambanais dit :

    Pour l’etat du stade de POG, je dirai qu’il est en assez bon etat.

    Pour rappel la nuit des sports s’y tient depuis 2 ans.

    Par contre, il y a un gros déficit en terme de fourniture d’electricite.
    Pendant les événements sportifs, les enormes groupes electrogene sont mis en route. Ce qui revient tres chère.

    L’etat, proprietaire des lieux, devrait tout faire pour connecter l’infrastruture au reseau SEEG. Ce qui permettrait au gestionnaire du stade de mieux le vendre aux potentiels clients.

    Bravo a l equipe de pog qui fait son max pour maintenir ce bel édifice en bon etat de fonctionnement.

  6. Hugo dit :

    Il es bon de rappeler quand même que l’état n’a pas dépensé un centime pour la construction de ce stade qui n’est rien d’autre qu’un cadeau de la Chine (ou en contrepartie de quoi ? Nous ne saurons jamais la vérité). Ainsi fonctionne le Gabon depuis l’avènement des Bongo.

    NB: c’était un peu différent avec Léon Mba. Et ceux qui accusent Jean Ping du système Bongo, je tiens à rappeler que Jean Ping n’était pas aux commandes du Gabon, mais bien Omar Bongo. Et du temps de ce dernier, qui des ministres pouvait oser contredire le roitelet Omar Bongo des plateaux batekes ? Comprenne qui voudra.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW