Élu municipal pour le compte de la coalition «Akanda j’y crois ! », proche de l’opposition, Jacques Mathias Manganguela revient sur les projets prioritaires du nouveau maire de sa commune, Grégory Laccruche Alihanga. Sans vraiment les dénoncer, il avance des «propositions au bénéfice de tous, pour le développement d’Akanda». Une bel exemple, pouvant servir ailleurs.

Une rue d’Akanda. © Gabonreview

 

Jacques Mathias Manganguela, Conseiller Municipal de la Commune d’Akanda, Economiste-Stratégiste industriel, Ingénieur-maître en Commerce International, Fondateur de FocuStatGabon.com. © D .R.

A l’issue des élections locales 2018, la coalition Akanda j’y crois ! a obtenu un nombre significatif de conseillers municipaux malgré les manœuvres connues et il faut l’avouer, le désintérêt de nos concitoyens pour ces élections.

A travers notre projet de développement de la Commune d’Akanda, nous avons fait des propositions ambitieuses, mais réalistes que nous envisagions mettre en œuvre à court, moyen et long terme pour notre ville.

J’ai assisté dans un esprit républicain à l’installation du nouveau Maire d’Akanda, le mardi 12 mars 2019. Or, nous avons noté à travers ses propositions des similitudes évidentes masquées par de la surenchère ici et là. Nous vous rassurons cependant, cette tribune consiste non pas à dénoncer pour dénoncer, mais à faire des propositions au bénéfice de tous, pour le développement d’Akanda.

Ainsi, notre participation au Conseil Municipal sera sous le sceau d’une opposition déterminée mais constructive, dans le respect des règles et à la recherche de l’équité pour tous les citoyens de la Commune.

Le nouveau Président du Bureau du Conseil a exposé 8 priorités pour Akanda.

  1. Un transport public dans Akanda

Nous avions envisagé un transport public spécifique à Akanda en réponse au coût du clando dans le budget des populations à faibles revenus mais aussi en réponse à la pollution énergétique et visuelle des clandos qui sillonnent notre ville. Et à l’écoute du Maire, il ne semble pas avoir envisagé une dimension développement durable à ce transport public. Notre mission sera dès lors de pousser plus loin la réflexion du Conseil en tenant compte du coût immédiat comparativement aux bénéfices à long terme.

Cependant, au-delà, cette priorité n’est-elle pas en contradiction avec les besoins immédiats de la Commune ? Le Président du Bureau du Conseil ne fait allusion nulle part à la viabilisation des routes comme priorité à Akanda alors que nos concitoyens du Cap Santa Clara par exemple se plaignent actuellement de la dégradation de leurs routes non bitumées.

Ainsi, un transport public ne peut faire l’objet d’une priorité municipale lorsque les routes principales comme secondaires d’Akanda sont dans un état catastrophique. Le sens des priorités vanté en début de discours se trouve donc contredit dans la suite de ce même discours.

  1. 300 lampadaires pour Akanda

Notre question est simple. Le Maire nous annonce 300 lampadaires pour 5 ans de mandature. A combien de kilomètres équivalent 300 lampadaires ? Sur le total de kilomètres à éclairer dans la Commune, à quel pourcentage cela correspond-t-il ? Enfin, quelle sera la clé de répartition dans la Commune ?

  1. Un marché international

La précédente équipe municipale du même parti avait promis un marché.  Il n’en fut rien. Le nouveau Président du Conseil nous parle de marché « international » avec le pléonasme « aux normes internationales ». Akanda a-t-elle besoin d’un marché identique au marché « éléphant blanc » du type Grand Marché de Libreville ?

Nous envisagions pour notre part une concertation réelle sur cette question. Nous sommes davantage favorables à des marchés de quartiers respectant les normes sanitaires ou des marchés spécialisés voire des marchés hebdomadaires mais temporaires comme on peut le voir parfois en France à titre d’exemple.

  1. Un plan quinquennal pour le social

C’est une proposition aussi floue que complexe. Qu’a voulu dire par là le Maire ? Parle-t-il d’aides directes, si c’est dans la compétence d’une mairie, ou de mesures qui visent à réduire les charges des populations les moins nanties ?

Notre coalition envisageait par exemple de faire s’installer un certain nombre de services publics de l’Etat à Akanda. Les coûts de transport réduits favoriseraient les populations à faibles revenus. A cela devait s’ajouter un ensemble de mesures cumulatives (Frais de mariage civil revus à la baisse, Transport intra-cité, Services publics numériques…).

  1. L’adduction d’eau

C’est un problème très sensible qui touche toute la population. Au-delà des effets d’annonce, il est nécessaire de trouver des solutions pérennes, autonomes pour la ville voire innovantes.

Nous nous sommes interrogés sur la possibilité d’exploiter les nombreux bras de mer de la Commune pour alimenter les foyers et entreprises en eau. C’est un pari technologique que l’on peut essayer de gagner autonomisant ainsi Akanda de la desserte traditionnelle.

  1. Une université à Akanda

Disons-le tout de suite, c’est incompréhensible. Et l’on cherche plus que jamais le sens des priorités vanté en début de discours. Remettons les choses au clair pour les Gabonais n’habitant pas Akanda.

Akanda, 1er arrondissement, c’est 4 écoles publiques pour le primaire proches, comme l’a reconnu Ali Bongo, de porcheries. Akanda, 2ème arrondissement, c’est 1 école publique pour 35 000 habitants, qui, elle, est proche de l’état des écoles publiques que l’on trouve sur la Nationale.

Akanda, c’est 2 CES qui rencontrent les mêmes problèmes que les autres structures du secondaire au Gabon.

Ainsi, le Bureau du Conseil va négliger toutes ces carences pour prioriser la construction d’une université dont on ne connait même pas la spécialité. On en revient à la problématique sens des priorités versus effets d’annonce, caractéristique de la politique au Gabon.

Il faut cependant rappeler que la construction des écoles publiques et des lycées est du ressort normalement de l’Education Nationale. Nous avions ainsi l’objectif d’une part, de faire pression sur le gouvernement pour qu’il honore ses missions et d’autre part, améliorer l’environnement immédiat des écoliers et des collégiens d’Akanda. Et ce, en construisant des salles de documentation et d’information dotés de livres et matériels informatiques, des salles d’infirmerie pour les soins basiques et enfin, en veillant au fonctionnant des toilettes dans les écoles et CES de la Commune.

Vouloir construire une université quand tout manque pour l’éducation de base, c’est incompréhensible.

  1. Installations sportives et aires de jeux

Promesse normalement tenable et ne nécessitant pas de commentaires particuliers.

  1. Une police municipale

C’est une priorité oubliée par le Maire dans son discours mais qui figure en 8ème position. Pour notre part, nous avions proposé d’instaurer une police de proximité et de nuit à Akanda. Les vagues de recrutement dans la Police doivent servir à protéger les citoyens et non à distribuer des postes budgétaires inutiles. Nous avions imaginé un renforcement du commissariat d’Angondje et l’établissement d’un autre dans le 1er arrondissement remplaçant la Gendarmerie. Surtout, nous aurions développé des patrouilles piétonnes dans les quartiers permettant aux Akandais d’économiser la charge mensuelle d’un gardien. Ce dispositif complété de patrouilles cyclistes et motorisées devrait permettre de réduire l’insécurité grandissante dans Akanda.

———————

Avec ces axes affichés comme prioritaires, énoncés de manière incantatoire ou superficielle, le nouvel exécutif municipal fait l’impasse sur des besoins essentiels de notre Commune et il ne semble véritablement pas émaner de lui une vision pour Akanda. Aucun projet économique structurant pour la ville et encore moins innovant n’a été annoncé.

Qu’à cela ne tienne, notre rôle au sein du Conseil sera de prioriser les besoins réels des Akandais et des Akandaises. Nous nous efforcerons de proposer également une vision, un futur à construire ensemble. Pour nos Concitoyens, nous serons face au Bureau du Conseil pour qu’il tienne ses promesses et que le développement d’Akanda bénéficie à tous.

Nous serons ensemble, parce qu’Akanda, j’y crois !

Jacques Mathias MANGANGUELA

Conseiller Municipal de la Commune d’Akanda

Economiste-Stratégiste industriel

 Ingénieur-maître en Commerce International

Fondateur de FocuStatGabon.com

 
 

2 Commentaires

  1. Hô Chi Minh dit :

    Saddam Hussein avait excellé dans l’art de créer des leurs, Akanda n’en serait pas un ,quand on sait que Akondje est un quartier rien d’autre au même titre que Owendo.

  2. Otchotcha dit :

    Tribune très intéressante. Malheureusement nous sommes dans où les incompétents notoires dirigent le pays; et les plus compétents sont écartés de la gestion du pays. Résultat: le Gabon s’effondre!

    Le Gabonais incompétent ne brille que dans les futilités: le “paraitre”, les effets d’annonce, le vol, vivre aux frais du contribuable, l’arrogance, le mépris de l’autre,l’intimidation,…
    Il est doté d’un narcissisme incapable de se remettre en question.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW