Donné pour mort en janvier dernier à travers une fake news retentissante, Landry Ifouta mijote une sortie tonitruante devant marquer ses 20 ans sous les feux de la rampe. En attendant, il s’est livré aux questions insolites de Gabonreview.

© D.R.

 

Le chanteur de « Eyonga Zalougou » finalise actuellement un album devant s’intituler « Inédit ». Selon les indiscrétions, ce sera une sorte de récapitulatif de ses 20 ans de scène. Landry Ifouta trouve «que 20 ans de carrière c’est un peu pompeux. 20 ans de chansons ce n’est pas mal ». L’essentiel de la collection se composera de chansons enregistrées «depuis 10 ans, mais jamais parues» et une ou deux chansons connues.

© D.R.

Ceci n’est pas une interview, juste un jeu.

Gabonreview : Si on vous demandait de tourner dans un film X…

Landry Ifouta : Si ça peut payer mon loyer et mon steak, moi je ferai ça, pourquoi pas ! Mais, le faire pour le buzz des Gabonais, ça ne m’intéresse pas. Je préfère le faire pour du pognon. C’est une forme d’art. Il y aura peut-être de la gêne pour les enfants, mais ils vont certainement comprendre avec un beau gigot dans la marmite (rires). Non, franchement, je ne le ferai pas, je plaisante.

Dans un film d’action, vous vous préférez en flic ou en gangster ?

Je peux faire les deux. Mais gangster serait sympa. C’est l’occasion d’être un peu hors-la-loi. On l’est tous plus ou moins. Chacun de nous brûle un feu de signalisation de temps à autre. Or, là, il n’y a personne pour me mettre aux arrêts, vu que c’est la fiction.

Y a-t-il une question que vous vous posez souvent ?

Oui ! Comment vais-je finir ? Ça, je ne le sais pas encore et souvent je me la pose, cette question. Est-ce que ce sera en bagnole, dans mon lit, dans mon sommeil ? Une chose est certaine, c’est que je ne serais pas là.

Landry Ifouta enfant, à quoi ressemblait-il ?

Turbulent, voyou (rires). Il chantait, criait et écoutait la musique plus que les parents. J’ai gardé des souvenirs : des arbres qui fleurissaient ; on jouait avec pneus en guise de motos ; on glissait sur l’eau avec des planches comme si on faisait du surf. Finalement en grandissant ça se réalisait un peu.

Etes-vous souvent amoureux ?

Avec le temps, c’est un peu passé. Maintenant, j’ai 50 ans. Il m’arrive quelques petites palpitations de temps à autres, mais je préfère tout transposer sur ma femme.

En général ce sont les filles qui vous poursuivent ou c’est vous qui courrez après elles ?

Il faut qu’il y ait quand même un petit déclic. Ça arrivait avant, mais avec le nouveau pays-là c’est fini. Si t’a pas de pognon qui va te courir après ?

Mais, vous êtes Landry Ifouta…

Oh, ça ne rapporte pas grand-chose. Ça paie un peu les cours de mes gamins, mais à part cela (rires).

Vous a-t-on déjà pris pour quelqu’un d’autre ?

Si, hier à El Rapha on m’a appelé Fally Ipupa. Je crois que ça doit être à cause de la consonance de nos noms : Landy Ifouta, Fally Ipupa. Ça arrive quand même. Il y a des gens un peu perdus comme ça.

En qui aimeriez-vous vous réincarner, Michael Jackson, Denzel Washington, Mohamed Ali ou quelqu’un d’autre…

Omar Bongo. Ce serait bien, ça ! Avoir autant de pouvoir, une longévité exceptionnelle, une capacité à rester sans histoires. Il était très fort ce type-là. Moi, c’est en Omar Bongo que je serais revenu. Ce ne serait pas mal (imitation du phrasé d’Omar Bongo).

 
 

3 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Je propose a Landry Ifouta de CONTINUER cette chanson en langue myéné (avec l’accord de l’initiateur de cette chanson d’un congolais de la RDC…? je suppose… ), je suis sur que ce sera UN SUCCÈS et qu’il aura BEAUCOUP d’argent… LA DERNIÈRE CHANSON EST PARTIR DE 37 MINUTES ET 45 SECONDES (CHARABIAN) https://www.youtube.com/watch?v=czLDnDdjp_8

    FAIS-TOI DU POGNON IFOUTA… TU LE PEUX…

    SERGE MAKAYA… FANG DU Woleu-Ntem…

    SERGE MAKAYA QUI T’AIME ET QUI AIME TES CHANSONS AUSSI… JE SUIS FANG ET JE VIS AU GABON EN SECRET… DE PEUR DU B2 DU GABON OU J’AI TRAVAILLE PENDANT PLUS DE 20 ANS…

  2. moukoukoue dit :

    Serge Makaya ,veuilles dire aussi que tu es un sbire du pouvoir. Un mouton, alors que tu fréquentes les memes épiceries , marches et hôpitaux . Tu es maboule tu devrais avoir honte quand tu regardes tes enfants.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW