GR

Une délégation du Syndicat des industries et d’entreposages du bois (Sineb) a été reçue par le ministre de la Forêt, le 10 juin à Libreville. Lors de cette rencontre, l’organisation syndicale a présenté ses missions, sa stratégie et exposé les difficultés auxquelles sont confrontées ses membres.

Les membres du bureau du Sineb dont François Mongumu, au sortir de leur audience avec le ministre de la Forêt, le 10 juin 2020 à Libreville. © Gabonreview

 

Porté sur les fonts baptismaux en mars, le Syndicat des industries et d’entreposages du bois (Sineb) a été reçu par le ministre de la Forêt, le 10 juin à Libreville. L’organisation syndicale s’est officiellement présentée à Lee White, à qui il a décliné ses missions et sa stratégie.

Le Sineb a pour mission la promotion des métiers et la défense des intérêts économiques, matériels et moraux de ses membres exerçant une activité industrialisée, le négoce et l’entreposage du bois. Le syndicat regroupe 20 industries de première transformation, sept de deuxième transformation et deux de troisième transformation. L’organisation syndicale compte également cinq sociétés de négoce et deux d’entreposage. Elle revendique environ 2500 emplois sur les 12 000 que compte la filière bois au Gabon. Dans son plan d’action, le Sineb entend appuyer la mise en place de la traçabilité du bois ; participer à l’entreposage du bois ; accompagner le gouvernement dans le programme de transformation plus poussée du bois (deuxième et troisième transformation) ; initier des formations en vue d’inciter aux métiers des industries, de négoce et d’entreposage du bois.

La rencontre avec le ministre a également permis au Sineb d’exposer une difficulté majeure dans le cadre de ses activités. «La grande difficulté aujourd’hui, c’est comment maintenir les emplois dans les entrepôts, et comment sécuriser les investissements au sein de ces entrepôts», a affirmé le secrétaire générale adjoint du syndicat. François Mongumu a rappelé, en effet, que le gouvernement a pris une mesure visant à centraliser tous les entrepôts de bois, dans le site unique de la Société nationale du bois du Gabon (SNBG). «Cela cause des problèmes à nos entrepôts qui sont opérationnels et emploient une main d’œuvre locale et étrangère importante», a-t-il estimé.

Une difficulté sur laquelle le ministre de la Forêt a promis de se pencher. «Le ministre a été très ouvert, il a apprécié à juste titre notre démarche. Il nous a promis que les échanges vont se poursuivre entre notre syndicat et son administration», a annoncé François Mongumu.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire